Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le patrimoine financier des ménages atteint 118.000 milliards d'euros

Le Figaro15/10/2014 à 12:08

La richesse a bondi de 10% dans le monde, mais les inégalités s'accroissent. La France a néanmoins tendance à s'apauvrir.

C'est la plus forte hausse depuis 2003. Le patrimoine financier des ménages dans le monde a augmenté de 9,9 % en 2013, pour atteindre 118 000 milliards d'euros, selon la cinquième édition du rapport d'Allianz sur la richesse dans le monde. C'est la performance exceptionnelle des marchés boursiers l'an dernier, aux États-Unis comme au Japon et en Europe, qui explique ce très bon score.

Toutefois, en France, la progression est nettement plus modeste: 4,6 % seulement. C'est un peu moins même que la moyenne européenne. Pourtant, le Vieux Continent est lui-même à la traîne (5,2 % contre 11,7 % pour les États-Unis et 6,1 % pour le Japon). Mais depuis 2007 la richesse des ménages en France a augmenté de 20 % soit 5 % de plus que la moyenne en Europe. Elle occupe aujourd'hui la quinzième place dans le classement avec un patrimoine financier de 48.800 euros par habitants, derrière la Belgique (78.300 euros), Royaume-Uni (10ème avec 68.490 euros), et l'Italie (14ème). L'Allemagne se place juste derrière l'Hexagone avec 44.280 euros par tête. Les plus nantis sont les Suisses, avec un patrimoine financier de 146.540 euros. Les États-Unis viennent ensuite avec une moyenne de 120.000 euros par habitant.

Les riches encore plus riches

En 2013 cette hausse des richesses a surtout profité aux 10 % de la population les plus fortunés, alors que la crise avait frappé plus fort les classes populaires et moyennes. Les inégalités se sont donc accrues dans le monde, de façon spectaculaire aux États-Unis, «mais aussi considérablement dans certains pays européens comme la France, la Suisse, l'Italie ou l'Irlande» relève l'étude.

Le nombre de personnes qui appartient à la classe moyenne - patrimoine compris entre 5.300 euros et 31.800 euros- a néanmoins légèrement augmenté, passant de 18% en 2012 à 19% en 2013 (soit 912 millions de personnes). En 13 ans, 500 millions de personnes ont cependant accédé à la classe moyenne, changeant profondément sa composition. Depuis le début du siècle, le nombre de personnes qui a intégré cette classe a doublé en Amérique latine, triplé en Europe de l'Est et même été multiplié par sept en Asie. En 2000, 60% des membres de cette classe étaient des ressortissants d'Europe de l'ouest et d'Amérique du nord. Aujourd'hui ils ne représentent plus que 30%. L'étude souligne néanmoins que cette croissance rapide de la classe moyenne n'est pas forcément une bonne nouvelle, car nombre de membres de la classe moyenne viennent en fait des strates plus fortunées. 65 millions de personnes auraient ainsi été rétrogradées. Ce mouvement est particulièrement visible dans des pays comme les États-Unis, le Japon, mais aussi en France et en Italie. «Des pays où la redistribution des richesses par l'État est devenue plus inégale», explique l'étude.

Le nombre de personnes qui appartient à la classe la moins fortunée est quant à lui resté sensiblement le même. Environ 3,5 milliards de personnes sont toujours exclues de la prospérité mondiale.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.