1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le nombre d'exilés fiscaux en nette hausse
Le Figaro21/12/2012 à 20:12

S'il n'y a pas de chiffre officiel, tous les témoignages convergent pour dire que de plus en plus de hauts cadres et de jeunes créateurs d'entreprises quittent en masse la France pour fuir une pression fiscale excessive.

Pas de trêve des confiseurs sur l'exil fiscal. Le ton est même monté d'un cran vendredi lorsque, sur Europe 1, Laurence Parisot, la présidente du Medef, a évoqué un «climat de guerre civile, qui s'apparente à 1789». François Hollande a bien tenté de calmer le jeu en refusant de prendre part à la polémique - «aucun citoyen ne peut être stigmatisé par le président de la République», a-t-il déclaré - mais sa mise au point estpassée presque inaperçue.

«Être stigmatisé? C'est l'impression qu'ont mes clients aisés depuis des mois», rétorque un avocat. Alourdissement de l'ISF, taxe à 75% pour les revenus dépassant un million d'euros, tranche à 45%, imposition accrue des plus-values: les ménages les aisés sont assommés par une pluie de taxes depuis l'élection de François Hollande. Et se rebellent en s'exilant à l'étranger.

Si les statistiques officielles font défaut - on comptait 717 départs de redevables à l'ISF en 2010 -, les témoignages de fiscalistes concordent sur une vague sans précédent de fuites à l'étranger. «J'ai traité 15 dossiers d'exil fiscal en 2012, contre 5 en 2011. Certaines personnes m'ont même demandé comment abandonner la nationalité française, ce qui est inédit», confie l'un d'eux. Chez un autre,les consultations ont été multipliées par dix en un an, les départs effectifs par cinq. «Mes clients ont très mal réagi à la contribution exceptionnelle d'ISF payée à l'automne. Cela a déclenché des réactions épidermiques», témoigne Alain Moreau, avocat associé chez FBT. «Des familles sont parties à la Toussaint, en pleine année scolaire, ce qui ne se faisait jamais auparavant», confirme Valérie Harnois-Mussard, son homologue chez Fidal.

Des candidats au départ plus jeunes

Un mouvement confirmé par... des déménageurs. «Après le traditionnel pic de l'été, les flux restent 2 à 3 fois supérieurs à la normale. Nos camions partent sans discontinuer vers la Suisse, la Belgique et la Grande-Bretagne», témoigne le patron d'une entreprise de déménagement, dont le chiffre d'affaires a explosé de 15% en 2012.

Le profil des exilés a changé. Il ne s'agit plus de riches héritiers ou de quinquagénaires ayant vendu leur société. «Des jeunes entrepreneurs de 30 ans, sans enfants et très mobiles, préfèrent s'installer dans un autre pays pour y monter leur société», précise Valérie Harnois-Mussard. «Je ne peux pas rester dans un pays qui n'encourage pas les entrepreneurs», témoigne l'un d'eux. Autre cas nouveau: le haut cadre d'entreprise, âgé de 40 à 55 ans et avec enfants. «Ces managers qui voyagent beaucoup délocalisent leur foyer à Bruxelles ou à Londres s'ils sont dans la finance. Ils quittent la France pour échapper à la tranche d'impôt sur le revenu de 45% instaurée par le PS et à laquelle s'ajoutent la surtaxe Fillon de 3% à 4% et la CSG-CRDS. Voire, pour certains, pour éviter l'ISF et la taxe à 75%», explique Corinne Dadi, avocat associé chez Stehlin & Associés.

Ce sont enfin parfois aussi des pans entiers de compétences qui partent. Sans faire de bruit et avec des conséquences substantielles pour l'économie française.«De plus en plus de groupes internationaux réfléchissent à des moyens différents de s'organiser, notamment en délocalisant de manière progressive une partie de leurs équipes à l'étranger, avoue le responsable d'une importante fédération professionnelle du Medef qui tient à rester anonyme, vu la sensibilité du sujet. Les réorganisations touchent de plus en plus des fonctions secondaires, comme les ressources humaines ou la finance. C'est beaucoup moins visible et symbolique que de délocaliser le siège social.» Mais bien plus dramatique à terme...

28 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • supersum
    25 décembre10:22

    A une autre époque je constate que bon nombre aurait été des immigrants aux états unis ou des collabos

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer