Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le médiateur de l'eau davantage saisi pour des litiges, pointe le manque d'information des abonnés

RelaxNews18/06/2015 à 06:38

La Maison de l'Eau reçoit de plus en plus d'appels chaque année. (Tarasyuk Igor/Shutterstock.com)

(AFP) - Les consommateurs ont davantage sollicité le Médiateur de l'eau l'an dernier pour régler des litiges avec leur opérateur, notamment des consommations anormalement élevées ou des fuites d'eau sur les canalisations, selon le rapport annuel de l'institution publié jeudi.

La Médiation de l'eau a été saisie 1.847 fois en 2014, soit 17% de plus que l'année précédente, et 586 dossiers ont été jugés recevables, là aussi un chiffre en progression de 16%.

Une progression en partie due au fait que l'année 2014 a été marquée par la promulgation de la loi obligeant les professionnels à mentionner à leurs clients dans leurs contrats la possibilité de recourir à une médiation en cas de litiges.

"Cette année encore, les consommations anormalement élevées menant à une contestation des volumes d'eau facturés demeurent, et de très loin, le principal cas de figure menant à une saisine de la Médiation", relève l'institution. 

Ils ont représenté 39,5% des motifs de saisine.

Toutefois, le médiateur note qu'"un volume croissant de litiges porte sur les conditions d'application, ou non, des récentes mesures réglementaires destinées à protéger les consommateurs contre les surconsommations liées à des fuites d'eau sur leurs canalisations".

28,5% des saisines ont concerné les fuites sur canalisation et compteur.

Une loi de 2011 permet en effet, sous conditions, le plafonnement de la facture d'eau lorsque l'abonné d'un service d'eau peut prouver qu'une surconsommation est due à une fuite après le compteur qu'il a faite réparer.

Par ailleurs, 15% des litiges ont concerné des régularisations de facture.

Dans 85,5% des cas sur lesquels il est intervenu, le médiateur a pu mettre fin aux désaccords entre l'opérateur et son client. Plus des deux tiers des propositions de règlement amiable ont été acceptées par les deux parties.

Dans 18% des cas, la simple "information pédagogique" a permis de résoudre les litiges.

"Les explications objectives fournies par un organisme indépendant du service de l'eau avec lequel le consommateur est en conflit, permettent alors de +dépassionner les débats+ et de renouer le dialogue", explique le Médiateur dans son rapport.

Toutefois, moins de 15% des dossiers traités n'ont pu déboucher sur une solution amiable, les refus provenant dans les mêmes proportions du consommateur ou du service d'eau concerné.

Dans son rapport, le médiateur pointe globalement un manque d'information de la part des services d'eau envers leurs abonnés.

Sur le plafonnement de la facture en cas de surconsommation supérieure au double de la consommation moyenne, le médiateur note des "explications trop floues ou générales de la part des services d'eau concernant les conditions requises".

Il recommande également la mise en place de "systèmes d'alerte plus systématiques" lorsqu'un service d'eau détecte une augmentation anormale de la consommation d'un abonné.

Les services d'eau devraient aussi "donner des instructions plus détaillées aux abonnés pour autocontrôler l'absence de fuites".

 

 

 

 

 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.