Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Medef pose ses conditions avant les Assises de la fiscalité

Le Figaro09/12/2013 à 19:10
L'organisation patronale participera en janvier au rendez-vous voulu par Jean-Marc Ayrault, à trois conditions.

Mieux vaut entrer dans une négociation avec des exigences élevées. Fort de ce principe, le Medef pose trois préalables à sa participation aux Assises de la fiscalité des entreprises, qui débuteront en janvier et seront un des chantiers majeurs de la remise à plat fiscale voulue par Jean-Marc Ayrault. «Nous demandons d'abord un moratoire pour les entreprises», a expliqué ce lundi Pierre Gattaz, son président, devant l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef). Compte pénibilité dans la réforme des retraites, obligation d'informer les salariés avant la cession d'une PME dans la loi Hamon: après avoir multiplié les marqueurs anti-entreprises, le gouvernement doit désormais faire une pause, estime l'organisation patronale.

La deuxième exigence du Medef est directement liée aux impôts. «Il faut que le premier ministre affiche une baisse de la fiscalité notamment sur les entreprises», déclare Pierre Gattaz, qui se dit prêt «à quitter la table» des discussions si les assises se révèlent être un jeu de bonneteau où la charge fiscale passe d'un poste à l'autre, sans diminution globale. À trois jours de sa rencontre, jeudi 12 décembre, avec le ministre de l'Économie Pierre Moscovici, le patron des patrons fait donc monter la pression. Car le gouvernement parle, lui, d'une réforme à «iso-fiscalité», c'est-à-dire sans baisse d'impôt. L'exécutif ne promet qu'une réduction - limitée - des prélèvements en fin de quinquennat (ils passeraient de 46,1% du PIB en 2016 à 45,8% en 2017). «Cela n'est pas possible», a insisté Geoffroy Roux de Bézieux, le vice-président délégué du Medef en charge de la fiscalité.

Baisse par étapes

Pour l'organisation patronale, les impôts et charges sociales doivent diminuer d'au moins trois points de PIB d'ici à 2017, pour les entreprises et pour les ménages. «Nous avons demandé au gouvernement une baisse et une baisse programmée jusqu'à la fin du quinquennat», a précisé Geoffroy Roux de Bézieux. Cette mise en œuvre par étapes suppose paradoxalement que le calendrier soit rapidement défini. Le Medef veut que les Assises de la fiscalité débouchent sur de premiers résultats tangibles au printemps. «Nous ne baisserons pas la fiscalité générale des Français, des ménages, des salariés, des cadres et des entrepreneurs sans baisse des dépenses publiques», a ajouté Pierre Gattaz, déroulant son troisième préalable. Le Medef, qui a mis en place un pôle «sphère publique» en son sein, veut devenir une force de propositions en la matière.

L'organisation compte aussi sur le lobbying au niveau local pour faire avancer ses idées. Presque tous les Medef territoriaux - accompagnés parfois des représentants des branches professionnelles (métallurgie, bâtiment, agroalimentaire...) - ont pris rendez-vous avec les préfets pour les rencontrer cette semaine. Le but? Attirer leur attention sur le contexte économique local et leur présenter le «Pacte de confiance» du Medef, soit la proposition de créer un million d'emplois en cinq ans en échange d'une baisse des prélèvements. Des rencontres seront aussi organisées avec les députés et sénateurs, comme en Côte-d'Or. Bref, le Medef ne néglige aucune piste.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.