Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le matelas compressé et vendu sur internet veut réveiller le marché de la literie

RelaxNews13/01/2017 à 15:38

(AFP) - Un matelas compressé et vendu sur internet: l'idée née aux Etats-Unis débarque en France à l'initiative de start up décidées à bousculer un marché de la literie en forme et encore tenu par la grande distribution spécialisée.

"L'idée d'un matelas unique qui conviendrait à tout le monde est tentante" réagit Philippe Quetineau, 45 ans qui vient de délaisser le matelas traditionnel pour acheter un matelas "universel". 

Au moins huit start-up proposent en France la vente sur internet de ces matelas uniques. Leur pari : proposer un matelas adapté aux besoins de la majorité des Français. Compressé et roulé en usine, il est directement livré aux consommateurs sans intermédiaire dans un colis. 

Pas de lieux de vente, ni de vendeurs et des frais de livraison diminués par deux grâce à la compression: ces entreprises misent sur un modèle économique qui leur permet de réduire nettement leurs coûts commerciaux et de distribution.

Elles promettent ainsi des matelas de qualité de milieu de gamme à des prix inférieurs à ceux des acteurs traditionnels. 

Si le consommateur n'est pas satisfait, il a environ 100 jours pour renvoyer son matelas et être remboursé. Les matelas sont garantis 10 ans et le prix pour une literie de taille 160X190 oscille entre 650 euros et 750 euros.

Les français Tediber, Ilobed, Le Matelas Français, Minuit7 et My Moosie, les britanniques Eve et Simba ou l'allemand Bruno, ont fait, entre fin 2015 et début 2017, leur apparition sur ce segment du marché français de la literie.

Tous ont copié le concept de la start-up américaine Casper, lancée en avril 2014. Un an après sa création, l'entreprise réalisait un chiffre d'affaires record de 100 millions de dollars pour 2015.

Parmi les nouveaux venus, tous ne jouent pas dans la même catégorie. 

Le français Tediber, qui fait produire ses matelas en Belgique, a vendu plus de 10.000 matelas cette année, et créé 18 emplois. Après avoir levé 1,8 millions d'euros en avril, il s'aventurera sur le marché italien et espagnol cette année.

D'autres émergent plus timidement : My Moosie a été créée en octobre 2016 par le franc-comtois Pierre Mignard. Depuis, il a vendu une petite centaine de matelas, mais espère en vendre entre 1.200 et 1.500 en 2017. Pour se différencier, il a tout misé sur "le made in France".

Il n'est pas le seul: Ilobed, Minuit7, le Matelas Français espèrent se démarquer ainsi.

- Dépoussiérer le marché -

Tous gardent secrète la localisation de leur fabricant. "En France, il est très difficile de trouver des usines qui disposent de la technologie pour compresser et rouler les matelas. J'ai mis deux mois à trouver la mienne", explique M. Mignard.

Les acteurs tentent de verrouiller ce marché qui attire de plus en plus: "des remontées des fabricants nous font penser qu'il y aura de nouveaux acteurs en 2017" poursuit-il.

Cette année, le géant américain Casper fera son apparition sur le marché français. 

Depuis 10 ans, le marché de la literie se porte bien, en croissance de 5% en 2016. La part des ventes sur internet reste faible, près de 10% en 2016, ce qui laisse espérer une forte marge de progression. 

L'Ameublement Français, qui fédère les industriels du secteur, estime que ce taux devrait doubler d'ici cinq ans.

L'ambition de ces nouveaux acteurs est de bousculer le marché traditionnel tenu par la grande distribution spécialisée, comme But ou Conforama. 

"ce marché a toujours été tenu par les marques et commence à être challengé par de nouveaux acteurs (...) cela doit encourager les fabricants traditionnels à innover", estime Dominique Weber, président de l'Ameublement Français, à l'AFP.

C'est le pari que fait François Duparc, président du groupe France Bedding, ex-Cauval, qui proposera, dès mars 2017 à travers la marque Dunlopillo, une gamme simplifiée de trois matelas qui seront vendus entre 500 et près de 900 euros. 

Le fabricant traditionnel, a opté pour le compromis: vendu compressé et roulé et avec un délai de livraison réduit, le matelas pourra être essayé chez les distributeurs.

source : testavis.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.