Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le marché du sapin reste à des sommets

Le Figaro16/11/2011 à 10:26
Malgré la crise et une légère hausse des prix, le marché devrait rester stable. Ce sont même les Nordmann, plus chers que les épicéas, qui ont de plus en plus la cote.

Qu'importe la crise, cette année encore, les sapins de Noël devraient orner près d'un quart des foyers français. 6,1 millions d'arbres sont vendus chaque année, selon une étude TNS Sofres réalisée fin décembre 2010. Parmi eux, plus de 5 millions de sapins naturels, soit un chiffre d'affaires de l'ordre de 123 millions d'euros, en progression de 4,2% sur un an.

«On ne peut pas imaginer Noël sans sapin», fait valoir Frédéric Naudet, président de l'Association Française du Sapin de Noël Naturel. «En plus, on ne raisonne pas de la même manière pour un achat annuel et des dépenses quotidiennes. Pour le sapin, on est prêt à des sacrifices.» Le marché est stable, assure-t-il, même si l'étude TNS Sofres fait état d'une légère baisse du taux d'acheteurs : 21,6% des foyers en 2010, contre 22,3% en 2009, après avoir atteint un sommet à 24% en 2008.

Chez les distributeurs aussi, on se montre confiant : «Le produit est toujours plébiscité et reste un incontournable des fêtes de fin d'année. On ne pense pas que cela fasse partie des arbitrages des consommateurs», affirme François-Xavier Trillot, responsable achats fleurs et plantes chez Auchan à l'AFP. La société Noël Vert, qui produit entre 8000 et 10.000 sapins par an assure, elle aussi, que la crise n'a «absolument pas d'effet» sur l'achat de sapins : «La demande est intacte. Elle progresse même car nous augmentons notre production». L'offre de sapins issus des terres françaises progresse d'ailleurs depuis quelques années, se félicite Frédéric Naudet. Plus de 80% des sapins achetés sont aujourd'hui produits en France.

Légère hausse des prix

Le prix moyen est pourtant en hausse : 24 euros en 2010, contre 23,20 euros l'année précédente, soit une augmentation de près de 3,5%, alors que l'inflation sur la même période était de 1,8% selon l'Insee. Pour Frédéric Naudet, «cette hausse est en partie liée à l'augmentation des coûts de production. Nous avons besoin de tracteurs, de produits pétroliers, de main-d'oeuvre et du transport de marchandises.»

Ce sont en fait les Nordmann de plus d'1m50 qui supportent la plus forte hausse des tarifs alors que les prix des épicéas et sapins artificiels ont tendance à légèrement baisser. Or, ce sont les Nordmann qui ont de plus en plus la cote, en raison de leurs épines qui tombent moins vite. Pourtant, ils n'ont pas l'odeur des épicéas...

Ainsi, depuis 2003, les Nordmann représentent plus de la moitié des sapins vendus et leur proportion ne cesse d'augmenter: 52% en 2009 et 54% en 2010. Pourtant, leur prix (un peu plus de 28 euros en moyenne) est nettement plus élevé que celui des épicéas (moins de 16 euros). Une preuve supplémentaire que les Français se font plaisir pour les fêtes.

LIRE AUSSI :

» L'épineux recyclage des sapins de Noël

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.