Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Le marché de l'immobilier ne rebondira pas en 2013»

Le Figaro03/01/2013 à 20:04
INTERVIEW - Selon Michel Mouillart , professeur à l'université Paris Ouest, seules deux conditions permettraient un rebond : un retour rapide de la croissance et un soutien public. » Les taux des crédits immobiliers ont atteint leur plus bas historique

Le Figaro.fr - Quel bilan peut-on faire de 2012?

Michel Mouillart - 2012 est une année d'effondrement. On a connu une chute aussi brutale que celle qui a été déclenchée au moment de la crise de 2008. Les marchés de l'ancien, des crédits immobiliers au particuliers, de la construction, y compris du locatif privé en terme de location ont piqué du nez cette année.

Comment expliquez-vous cette chute?

La montée du chômage, le ralentissement économique et la baisse du pouvoir d'achat ont dissuadé la demande.Autrement dit, les ménages ont abandonné leurs projets d'investissements. Par ailleurs, la situation budgétaire n'est pas terrible. Tous les soutiens publics se sont dégradés cette année. Par conséquent, le marché ne rebondira pas en 2013, au mieux, ce sera le cas en 2014.

Les taux de crédits sont pourtant bas. Le taux moyen s'établit à 3,23% en décembre...

Et c'est du jamais vu! Le taux le plus bas avait été atteint en novembre 2010, il était à 3,25%. Il ya de fortes chances pour que ce taux continue à baisser un peu.

Donc 2013 ne sera pas mieux?

Le moral des ménages est mauvais. Du coup, ils ne sont pas prêts à s'engager dans l'achat, dans l'acquisition de logement. L'accession à la propriété va encore reculer en 2013 et la demande des crédits des ménages ne va pas se relever en dépit des taux intéressants. Résultat, le marché de l'ancien va rester bloqué, ce qui aura pour effet de maintenir vers le bas tous les autres marchés. Un ménage qui ne vend pas son bien ne construira pas.

Pourtant des mesures incitatives ont été mises en place comme le dispositif fiscal Duflot qui remplace la loi Scellier...

À première vue, le dispositif fiscal Duflot semble plus intéressant que la loi Scellier. On a un taux de réduction d'impôt de 18% sur 9 ans contre 13% dans la loi Scellier, mais le dispositif Duflot prévoit que les loyers soient plafonnés à 20% moins chers que ceux du marché. Si on fait un petit calcul sur un coin de table, on se rend compte que l'avantage fiscal des 18% va être mangé par la perte de 20% de loyer. Il ne s'agit donc pas d'une mesure incitative mais d'une compensation.

Et le prêt à taux zéro recentré sur les ménages les plus modestes et entré en vigueur au 1er janvier 2013?

Certes, les plafonds des ressources du PTZ 2013 ont baissé par rapport à 2012 mais cela signifie aussi qu'il y aura moins de primo-accédants modestes en 2013. En 2012, 72.000 ménages ont bénéfié de ce dispositif, en 2013, il seront 55.000 au maximum. En somme, le PTZ 2013 est plus solvabilisateur mais pour moins de ménages.

Que faudrait-il faire pour relancer ce marché en crise?

Tant qu'on aura pas une croissance solide et durable, les projets immobiliers auront du mal à se redresser. De plus, s'il n'y a pas de coup de pouce public, le redémarrage va traîner. Au début des années 1990, la dépréciation du marché a duré cinq ans. Ce dernier a retrouvé des couleurs quand le prêt à taux zéro a été créé en octobre 1995. Donc il faut que deux conditions soient réunies pour relancer le marché: un retour rapide de la croissance et un soutien public.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.