Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le litre d'essence bientôt à deux euros

Le Figaro07/02/2012 à 15:54
INFOGRAPHIE - Voici trois scénarios sur l'évolution des prix de l'essence dans les prochains mois. Le pessimiste, toutefois réaliste, fait grimper le litre de Sans plomb 95 à plus de deux euros.

En avril 2011, Christophe de Margerie, le patron de Total, avait suscité la polémique en assurant que le litre d'essence atteindra sans «aucun doute» deux euros. Pour lui, la vraie question, c'était «quand». Alors que les prix des carburants ont encore atteint de nouveaux records vendredi dernier, avec notamment le Sans plomb 95 qui a dépassé pour la première fois 1,60 euro le litre en moyenne en France, l'échéance semble se rapprocher. Est-ce pour 2012? Possible. Selon le scénario le plus pessimiste - mais tout à fait réaliste - présenté ci-dessous, le litre de SP 95 dépasse ce seuil psychologique fort.

Le prix de l'essence dépend des cours du baril de pétrole sur les marchés internationaux, de l'évolution du taux de change euro/dollar, du taux de TVA, et des marges de raffinage et de distribution.

o Baril de pétrole

Le cours du baril de pétrole (Brent) atteint environ 115 dollars. La tension hivernale sur le prix du Brent ne devrait toutefois pas s'éterniser: sauf crise géopolitique majeure, les prix du pétrole devraient se maintenir entre 100 et 115 dollars le baril, «soit à un niveau d'équilibre qui convient aux consommateurs et aux producteurs», estime le ministre koweïtien du Pétrole, Mohammed al-Bassiri, dans les cordes de l'Opep.

En revanche, l'or noir pourrait avoir de grosses poussées de fièvre si la situation en Iran s'envenimait. Les États-Unis et l'Europe ont mis en place un embargo sur le pétrole iranien et Barack Obama multiplie les sanctions financières contre Téhéran. «Si l'embargo pétrolier contre l'Iran se maintient ou si le détroit d'Ormuz est fermé, le baril devrait atteindre 150 ou 160 dollars», a prévenu Ali al-Hajeri, membre du conseil d'administration de la Kuwait Petroleum Corporation. Dans des proportions moins réalistes,en Iran, on voit le baril à 250 dollars si le blocage des exportations se maintenait. Auquel cas, notre litre d'essence en France grimperait à 2,83 euros !

Par ailleurs, de nouvelles violences ont secoué lundi le nord du Nigeria, le premier pays producteur africain, tandis qu'au Niger, des attaques du Mend ravivent les inquiétudes.

o Taux de change euro/dollar

Malgré toutes les tensions autour de l'éventuelle faillite de la Grèce, et toutes les inquiétudes quant à une contagion de la tragédie grecque à l'Irlande et au Portugal, et les craintes de voir l'Espagne et l'Italie à leur tour submergées par leurs problèmes de finances publiques, l'euro résiste remarquablement bien. Il cote encore ces jours-ci autour de 1,30 dollar. Ce qui constitue une bonne nouvelle pour les consommateurs d'essence. Plus l'euro est fort, moins la facture pour se procurer du pétrole est chère. Toutefois, aux yeux des analystes, l'euro reste trop fort. Un bon taux d'équilibre pour l'euro serait un euro/dollar de retour à ses niveaux de création, soit vers 1,17 dollar.

Ainsi, dans un scénario pessimiste, par exemple dans lequel la gouvernance économique européenne n'arrive pas à se mettre d'accord pendant encore plusieurs semaines, où la Grèce fait faillite, et la confiance dans la zone euro s'effrite, l'euro pourrait tomber vers un niveau de parité avec le dollar: un euro contre un dollar. Ce qui ne serait pas catastrophique, et pas historique: la monnaie unique s'est échangé sous 1 dollar entre janvier 2000 et juin 2002. Même, pour la France, un euro à partié avec le dollar stimulerait ses exportations, alors que le déficit commercial hexagonal a encore batu un record en 2011.

o Taux de TVA

Cette variable dépendra des résultats du scrutin en mai prochain. Nicolas Sarkozy, a, à moins de trois mois du premier tour de l'élection présidentielle, annoncé une hausse de 1,6 point du taux de TVA normale, celle à 19,6%, qui concerne notamment les carburants, au 1er octobre prochain.

Toutefois, si François Hollande était élu, le parti socialiste a d'ores et déjà fait savoir que cette hausse serait annulée.

o Marges de raffinage et de distribution

Depuis 1997, les marges brutes de raffinage atteignent, en moyenne annuelle, un peu moins de 4 dollars par baril de pétrole (soit environ 159 litres). Soit 1,9 centime d'euro par litre (Voir l'évolution depuis 1997). Il s'agit de la différence entre la valorisation à Rotterdam des produits raffinés et les coûts (prix du brut, fret, assurance et pertes évaluées forfaitairement à 0,6% du prix du Brent).

Concernant la marge de transport-distribution (voir l'évolution depuis 2001), elle oscille entre 5 et 12 centimes d'euro par litre. Il s'agit de la différence entre la moyenne annuelle des prix (hors taxes) hebdomadaires et la moyenne annuelle des cotations hebdomadaires du produit considéré sur le marché de Rotterdam. La marge brute doit couvrir notamment les coûts de stockage, d'acheminement, de distribution, la marge commerciale, les obligations des distributeurs en matière d'économie d'énergie (certificats d'économie d'énergie) et d'énergies renouvelables (biocarburants).

LIRE AUSSI:

» Les pétroliers contre l'avantage fiscal du diesel

» Payez 30 euros et repartez avec 60 euros d'essence

» La facture des biocarburants supportée par l'automobiliste

» Il faut travailler plus pour faire le plein d'essence

» Prix de l'essence: Jospin a déjà essayé la taxe flottante

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.