Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le leasing, une tendance déconnectée de la crise

Le Figaro28/05/2013 à 12:35
De l'électroménager aux vêtements, de plus en plus de biens sont aujourd'hui proposés en location avec option d'achat. Une nouvelle façon de consommer. La cible n'est pas forcément les petits budgets.

Le système était jusqu'alors réservé aux voitures et aux avions. Le prêt longue durée avec option d'achat ou leasing s'adapte désormais à la vente de biens de très grande consommation. En mars dernier, une société de textile néerlandaise - Mud jeans- a lancé une offre de jeans prêtés pour 5 euros par mois. Au même moment, le spécialiste du café Malongo s'y mettait proposait une machine à expresso en abonnement pour 6,5 euros par mois. Deux cas qui ne sont pas isolés sur le créneau. Montres, sacs et vêtements de luxe ont aussi leurs sites Internet de location-vente.

La machine à café de Malongo proposée à la location.
La machine à café de Malongo proposée à la location.

En permettant d'acquérir des biens sans avoir à débourser des sommes importantes en une seule fois, le concept pourrait, à première vue, tirer profit des petits budgets et se développer grâce à la crise. Une sorte de solution anticrise pour les consommateurs. Pour Marc Vanhuele, professeur de marketing à l'école HEC, il s'agit d'une erreur de diagnostic: «le leasing devient une nouvelle forme de crédit à la consommation, et l'acquéreur doit s'interroger sur le coût de revient final du bien, généralement plus élevé que sa valeur initiale», assure-t-il. «L'attrait du prix ne doit pas être la première motivation, car dans certains cas, il s'agit presque d'arnaque», poursuit le professeur. Pour comprendre le développement du leasing, la bonne question à se poser est celle de la valeur ajoutée pour le consommateur final.

Une nouvelle forme de valeur ajoutée

Alors que le crédit à la consommation marque le pas, Marc Vanhuele croit au développement du leasing. «Dans le cas des jeans, l'entreprise néerlandaise propose la location pour faciliter le recyclage des vêtements. L'achat n'est pas l'objectif premier. L'offre s'adresse à un public préoccupé par la question écologique», affirme ce dernier. La location longue durée peut aussi séduire les fans de technologie qui préfèrent louer un produit et en changer dès qu'il devient obsolète. Les opérateurs de téléphonie déclinent volontiers ce système en proposant des mobiles payés par l'abonnement. La formule peut aussi être une garantie de performance, le consommateur disposant toujours d'un bien en parfait état de marche. Enfin, le leasing peut être un moyen de tenter de nouvelles expériences, de prendre un bien à l'essai. Des constats qui s'appliquent également au secteur de la mode. «Je crois que nous verrons encore des explorations dans ce domaine dans les prochaines années», assure Marc Vanhuele.

Cette tendance est-elle positive pour l'économie en général? «Une perceuse, par exemple, est en moyenne utilisée deux à trois fois par an. Mis en location, un seul de ces outils pourrait suffire à satisfaire les besoins des habitants d'une rue entière», illustre Marc Vanhuele. Le développement du leasing pourrait donc nuire à la vente traditionnelle et ralentir la croissance. Le professeur envisage davantage un transfert du pouvoir d'achat des ménages vers un autre secteur, celui des services.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.