Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le «grand soir» de la réforme des retraites attendra

Le Figaro15/07/2013 à 14:19
ANALYSE - Toutes les réformes depuis 2003 prévoyaient des ajustements en cours de période pour corriger les paramètres à la réalité de l'économie. Celle en cours de préparation, que François Hollande souhaite «durable», ne dérogera pas à la règle.

En matière de retraite, François Hollande ne s'embarrasse pas avec les approximations. «Aucun des gouvernements qui avait prétendu que c'était la dernière réforme n'a réussi à le faire», a lâché dimanche le président de la République lors de son intervention télévisée, laissant sous-entendre comme il l'a déjà fait à maintes reprises que son prédécesseur avait promis monts et merveilles aux Français en 2010. Et le chef de l'État de garantir à son tour «une réforme durable» qui permettra au système de trouver les ressources pour son équilibre «au-delà de 2020» et un pilotage automatique, peu ou prou annuel, afin d'éviter les psychodrames à répétition tous les deux ou trois ans au moment de chaque modification législative.

Reste qu'aucun gouvernement précédent - de droite, en fait, puisque ce sont les seuls qui se soient à ce jour attelés à la tache - n'avait promis que sa réforme serait la dernière. À part peut-être celle d'Édouard Balladur en 1993 bien qu'elle ne concernait que les salariés du privé... La réforme Fillon de 2003 prévoyait même une «clause de revoyure» en 2008 pour adapter les paramètres à l'évolution de l'économie et une confirmation dès 2006 pour valider, ou pas, le transfert d'un point de cotisation chômage sur l'assurance vieillesse. Idem en 2010 où un rendez-vous était programmé en 2013 pour faire le point sur l'évolution des déficits et surtout lancer une réflexion sur la mise en œuvre, à terme, d'une réforme systémique (système par points, compte notionnel...).

D'ailleurs Nicolas Sarkozy n'a jamais affirmé à l'époque que sa réforme, visant à ramener les régimes à l'équilibre en 2018 et uniquement en 2018, serait la dernière. L'ex-président avait prévenu qu'il faudrait remettre l'ouvrage sur le chantier à partir de 2020 pour trouver de nouvelles ressources. La seule fois en fait où il s'est hasardé à être plus optimiste que de raison remonte au débat présidentiel de l'entre-deux tours en 2007 où, face à Ségolène Royal, il avait affirmé que la réforme Fillon de 2003 avait réglé tous les problèmes de déficit...

Un décalage systématique

D'où le concept, en vigueur depuis maintenant près de dix ans, de la «réforme continue» des retraites. Il n'y aurait pas une réforme une bonne fois pour toutes, ni de «grand soir» des retraites, mais des micro-réformes successives, des ajustements paramétriques perpétuels. Un schéma rendu indispensable par le décalage systématique observé depuis trente ans entre les hypothèses (croissance, chômage, productivité, comportements des actifs...) retenues pour boucler les projets de loi, et notamment calculer les prévisions de rentrées financières, et la réalité de l'économie.

Par deux fois, un transfert de cotisations Unedic/Cnav a été annulé faute de baisse du chômage (les prévisions anticipent toujours un retour au plein emploi dans les cinq ans à venir) et les cotisations ont dû, en compensation, être revues à la hausse. Le dispositif des carrières longues instauré en 2003 (permettant aux salariés ayant commencé à travailler très jeunes de partir en retraite avant l'âge légal) a été littéralement sous-estimé et a coûté au final beaucoup plus cher que prévu. La mesure pénibilité instaurée en 2010 (permettant à des salariés avec des taux d'incapacité de 10 à 20% de partir en retraite à 60 ans) a été, elle, très fortement survendue: sur les 30.000 départs pour pénibilité escomptés par an, seules 5200 personnes en ont bénéficié depuis 2011! Quant aux taux de croissance, ils ont été toujours été inférieurs (en moyenne de moitié) à ceux retenus dans les projets de réforme. Preuve, s'il en fallait, que les retraites sont loin d'être une science exacte et que promettre «la der des der» en la matière relève plus de l'élément de langage pour faire passer la pilule que d'une réalité avérée.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.