Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le gouvernement s'interroge sur le plan Campus

Le Figaro26/05/2012 à 00:11
La ministre de l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, souhaite la création d'une commission pour savoir si le partenariat public-privé est la meilleure formule pour rénover les locaux des grandes universités françaises.

Le partenariat public-privé (PPP) est-il toujours la meilleure solution pour rénover les locaux des grandes universités françaises? Faut-il déléguer aux majors du BTP la conception, la rénovation et la maintenance de ces bâtiments pendant plusieurs décennies moyennant des loyers annuels? Les gouvernements Fillon qui ont initié et suivi le plan Campus, visant à doter les facs de locaux modernes, répondaient oui.

La nouvelle ministre de l'Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, elle, se pose la question. Devant la conférence des présidents d'université, jeudi, elle a estimé que le plan Campus n'avançait pas assez vite. De fait, très peu de bâtiments universitaires sont sortis de terre alors que ce programme avait été lancé fin 2007.

 

 

Pour en avoir le cœur net, Geneviève Fioraso souhaite la création d'une commission à ce sujet qui lui rendrait ses conclusions d'ici à la fin de l'été. «L'objet de cet audit serait de comprendre pourquoi il y a un tel retard et de regarder s'il n'y a pas d'autres modes de financement que le partenariat public-privé pour mener ces opérations plus vite et à moindre coût», explique-t-on au cabinet de la ministre.

«Dépenser beaucoup plus de cash très vite»

Hasard du calendrier ou pas, il y a quelques jours, Bertrand Monthubert, nouveau président de l'université Toulouse-III mais aussi secrétaire national du PS à l'enseignement supérieur, a demandé la suspension de la procédure d'appel d'offres en PPP prévue pour rénover son établissement. «J'ai découvert que des frais de maintenance de 600.000 euros par an resteraient à la charge de l'université, ce qui n'est pas envisageable», souligne-t-il.

Ce questionnement sur le mode de financement n'est pas anecdotique, car jusqu'ici la formule du PPP était privilégiée pour mener à bien le plan Campus. Cela permettait à l'État d'étaler les dépenses sur une décennie au moins. Une formule bien pratique pour la puissance publique toujours à court d'argent frais. Concrètement, elle avait prévu de dégager un budget de 202 millions par an pendant une décennie, soit un peu plus de deux milliards pour cette opération. Si elle voulait abandonner le PPP, elle devrait payer les travaux dès qu'ils sont terminés et dépenser ces deux milliards bien plus vite. Pas sûr qu'elle puisse se le permettre. «Revenir au contrat classique, la maîtrise d'ouvrage publique veut dire dépenser beaucoup plus de cash très vite», martèle un expert de ces dossiers

Compromis envisageable

Compte tenu de ces contraintes, l'État pourrait être tenté de trouver un compromis. Pour les dossiers où le contrat est signé ou proche de l'être, il ne changerait pas de formule et s'en tiendrait au PPP. Ainsi, il ne remettrait pas en cause le contrat de 60 millions qu'Eiffage s'apprête à signer pour rénover et gérer les locaux de Green Er à Grenoble regroupant l'université Joseph-Fourier, l'institut polytechnique de Grenoble et le Crous.

En revanche, il pourrait imposer de nouvelles règles du jeu pour les universités où les appels d'offres viennent d'être lancés (Toulouse, Lyon…). Un choix qui, dans tous les cas de figure, ne pourrait pas être fait à la légère, car il aurait des impacts sur les finances publiques.

LIRE AUSSI:

» Le partenariat public-privé en plein essor

» Plus de 3 milliards d'euros pour le TGV Le Mans-Rennes 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.