Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le gouvernement maintient les soldes flottants

Le Figaro07/12/2010 à 14:12
La commission créée mi-septembre par Hervé Novelli alors secrétaire d'Etat au commerce a rendu un rapport affirmant l'attachement des consommateurs français à ces périodes de promotion annuelles supplémentaires.

Le président de la Fédération nationale de l'Habillement ne décolère pas. Ce mardi sur Europe 1, il a dit tout le bien qu'il pense de la décision du nouveau secrétaire d'Etat au Commerce, de prolonger en 2011 le régime des soldes flottants. «Monsieur Lefebvre vient d'arriver, et pour un démarrage, il démarre très fort», a affirmé Charles Melcer.

Frédéric Lefebvre et la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, ont en effet annoncé lundi soir que le régime des soldes flottants sera maintenu l'année prochaine. Pour prendre leur décision, les deux ministres se sont appuyés sur les conclusions du rapport rendu par le Crédoc et l' (IFM).

Les deux organismes avaient été chargés en septembre par le précédent secrétaire d'Etat au Commerce Hervé Novelli de se pencher sur l'impact économique de ces deux périodes de promotions hors soldes traditionnels, honnies par la fédération. L'étude met en évidence l'attachement des Français à ces promotions. «En cette période de sortie de crise, 71% des consommateurs, soutiennent les soldes flottants», indique le communiqué du ministère, citant une enquête menée par l'IFM en octobre qui précise également que pour une majorité de consommateurs (56%), les soldes représentent «une nécessité budgétaire». Parallèlement l'enquête affirme que le mécanisme des soldes flottants et les promotions, ne déstabilisent pas les circuits commerciaux habituels car ils «ont permis de dégager un chiffre d'affaires supplémentaire de plus de 120 millions d'euros dans le secteur de l'habillement depuis un an et demi (dont 93 millions d'euros pour les seuls soldes flottants)».

Perte de chiffre d'affaires

Charles Melcer n'est pas de cet avis : «C'est une perte de chiffres d'affaires. Comment voulez-vous vendre à prix coûtant quand il y a des vendeuses et des loyers à payer ? Il faut une marge bénéficiaire (...) Ceux qui ont pris cette décision n'ont jamais été derrière un comptoir et n'ont aussi notion de commerce», a-t-il affirmé. Depuis la création des soldes flottants par la Loi de modernisation de l'économie (LME) en 2008, il n'est pas le seul à dénoncer la loi qui a «fichu le bazar» et engendré la course au rabais permanent. Interrogé en juin par Lefigaro.fr Jean-Marc Genis, président de la Fédération des enseignes de l'habillement (FEH) précisait que «La vocation d'un commerçant est de vendre sa marchandise au prix normal, et de liquider ses stocks deux fois par an aux changements de saisons». Des voix s'étaient aussi élevées pour proposer un aménagement du texte et notamment que les deux semaines flottantes ne le soient plus, mais désormais mise en place au printemps et à l'automne à des dates fixées nationalement pour éviter la bataille entre les enseignes.

La décision du gouvernement de prolonger l'expérience en 2011 n'est cependant qu'une étape. Frédéric Lefebvre a prévu de poursuivre la concertation avec les associations de consommateurs et les fédérations professionnelles de commerçants. Il a aussi demandé aux rapporteurs d'approfondir leur réflexion sur l'encadrement des soldes et promotions sur internet.

LIRE AUSSI :

» L'enquête réalisée par le CREDOC

» Les soldes flottants pourraient être supprimés

» Novelli crée une commission sur les soldes flottants

» Et si trop de soldes tuait les soldes

» Soldes flottants: rapport repoussé

» Foire d'empoigne sur les soldes «flottants»

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.