Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le dispositif fiscal anti-expatriation de l'exit tax renforcé

Le Revenu06/12/2013 à 19:16

(lerevenu.com) - Les députés ont élargi le champ de l'exit tax, vendredi, lors de l'examen du projet de budget rectificatif 2013. Ils ont notamment abaissé le seuil de déclenchement de cet impôt destiné à freiner l'expatriation.

Grâce à l'adoption d'amendements au projet de loi de budget rectificatif 2013 présentés par le rapporteur général de la commission des finances Christian Eckert (PS), les députés ont durci le régime de l'exit tax. Cet impôt, en vigueur depuis mars 2011 est destiné à décourager l'expatriation des chefs d'entreprises ou des contribuables fortunés. Il prévoit une imposition immédiate des plus-values latentes sur le patrimoine transféré à l'étranger, et ce même si les titres n'ont pas été cédés avant leur départ de France. Un sursis de paiement est toutefois prévu par la loi, sous certaines conditions.

L'Assemblée a abaissé, vendredi, de 1,3 million à 800.000 euros le seuil de la valeur des participations directes ou indirectes dans des sociétés, à partir duquel cette taxe est appliquée, en incluant de surcroît les OPCVM (SICAV et FCP). Le but recherché étant que " l'assiette de l'exit tax soit plus représentative des actifs financiers détenus par des personnes qui décident de transférer leur domicile fiscal hors de France." Il semblerait toutefois que les titres détenus dans un PEA ou une assurance-vie restent exclus. Nous attendons confirmation.

Cette taxe s'appliquait aussi, quel que soit le montant, lorsqu'une participation directe ou indirecte dans une société conférait droit à au moins 1 % des bénéfices sociaux. Ce taux a été relevé à 50 %. Cette disposition vise à permettre que "l'exit tax demeure applicable aux contribuables détenant une participation majoritaire dans une société pour lesquels le transfert du domicile fiscal peut occasionner un allègement substantiel de leur imposition, bien que la valeur de leur participation soit inférieure à 800.000 euros".

Les députés ont aussi réduit le bénéfice d'une diminution, voire d'une restitution, de l'exit tax, en fonction de la durée de domiciliation à l'étranger, qui est allongée de huit à quinze ans. En 2011, seuls 158 contribuables avaient déclaré un montant cumulé de 1,35 milliard d'euros de plus-values imposables à la taxe. Et le rendement de cette mesure est évalué à 53 millions d'euros pour 2012 et 115 millions d'euros pour 2013 et 2014.

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • KAFKA016
    11 décembre15:50

    Personne dans lea rues pour se révolter ?!! étrange ces français qui étaient si nombreux pour monter des barricades contre le mariage gay.....

    Signaler un abus

  • KAFKA016
    11 décembre15:49

    Et le bracelet électronique au pied c'est pas mal non plus !!! quell enfer ce pays!!

    Signaler un abus

  • fbordach
    09 décembre02:27

    Ce que les imbéciles qui nous gouvernent n'ont pas compris c'est qu'ils ne pourront pas bloquer la fuite des cerveaux...On susurre aussi que le revenu fiscal moyen de ces foyers s’établissait, toujours en 2011, autour de 39.000€. C’est intéressant, parce que cela indique que ce sont plutôt des jeunes qui partent, et que ce sont plutôt ceux qui ont un emploi, et une carrière devant eux... Ils nous restera les immigrés, une chance pour la France!

    Signaler un abus

  • M3182284
    08 décembre19:45

    C'est la guerre, c'est encore souterrain mais tous les coups sont permis.Dans les deux camps, en attendant les jacqueries et conflits plus mécaniques. En attendant la guerre de tranchée (ou trancher?) c'est la guerre de mouvements. De capitaux et d'hommes.

    Signaler un abus

  • paspad
    08 décembre16:40

    C'est carrément de l'extorsion de fonds ........... c'est d'ailleurs pour cette raison que le fils de la ministre Marisol Touraine a été incarcéré

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.