Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le déficit des retraites atteindra 11 milliards en 2018

Le Figaro15/12/2014 à 19:05

Deux rapports, de la Cour des comptes et du Conseil d'orientation des retraites, dressent un constat inquiétant de la santé de l'ensemble des régimes.

Les retraites complémentaires des salariés et des cadres se trouvent «devant une situation alarmante, qui exige des mesures urgentes», prévient la Cour des comptes dans un rapport à paraître jeudi, révélé par Le Parisien et dont Le Figaro a obtenu copie. Depuis le début de la crise de 2009, les régimes complémentaires «enregistrent des déficits croissants». Pour continuer à verser les pensions à leurs 11,9 millions d'assurés, l'Agirc et l'Arrco ont dû manger une partie de leurs réserves. Celles-ci s'épuiseront «avant 2023 pour l'ensemble Agirc et Arrco, et au plus tard au début 2018 pour l'Agirc seule», d'après les calculs inédits de la Cour des comptes.

Face «à l'ampleur et à l'urgence du défi», les partenaires sociaux doivent donc trouver 5 milliards par an d'ici à 2018 et économiser pas moins de 120 milliards d'ici à 2030. Retraités, salariés et cadres: tout le monde devra faire des efforts, estiment les comptables de la République, qui jugent inévitable un recul de l'âge de départ à la retraite.

La Cour des comptes n'est pas la seule à tirer la sonnette d'alarme. Le Conseil d'orientation des retraites (COR) présentera ce mardi ses nouvelles projections pour l'ensemble du système, des complémentaires aux régimes de base, en passant par les fonctionnaires, que Le Figaro s'est également procurées. Le trou des régimes de retraite s'élèvera à 11,1 milliards en 2018, soit près de 1 milliard de plus qu'en 2014. Et encore, ces chiffres se fondent sur les hypothèses économiques optimistes du gouvernement, qui table notamment sur une baisse durable du chômage à partir de 2015.

Effet de la réforme Fillon

Ce solde financier n'est pas pire, précise le COR, que celui issu de ses projections réalisées fin 2012. Il faut dire qu'entre-temps est survenue la réforme Touraine, qui a augmenté les cotisations retraites. De plus, les partenaires sociaux ont pris début 2013 des mesures pour rectifier à la marge la trajectoire financière de l'Agirc et de l'Arrco. Enfin, le report de l'âge légal décidé en 2010 par le gouvernement Fillon commence à produire ses effets. Près de 3 milliards des quelque 11 milliards de déficit attendu en 2018 proviendront toutefois du besoin de financement du «régime» des fonctionnaires, automatiquement comblé par l'État.

À plus long terme, ajoute le COR, le système de retraite pourrait, si le chômage retrouve ses niveaux des Trente Glorieuses, «revenir à l'équilibre dans la deuxième partie des années 2020». Mais si l'amélioration n'était pas au rendez-vous, cas le plus probable, alors «les besoins de financement perdureraient».

Les régimes Agirc et Arrco ne survivront pas assez longtemps, à ce rythme, pour voir 2030. Une fois leurs réserves à sec, ils devront couper dans les pensions, car ils n'ont pas le droit d'emprunter, ou mourir. À l'inverse des régimes de base (gérés par la Caisse nationale d'assurance-vieillesse ou le Régime social des indépendants, par exemple), qui peuvent laisser filer les déficits sans faire faillite. À tel point, rappelle la Cour des comptes, qu'ils ont à ce jour accumulé 67 milliards de dette...

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.