Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le coût des niches fiscales s'est stabilisé en 2012

Le Figaro04/06/2013 à 21:19
Les mesures de rabot et de plafonnement prises ces dernières années portent leurs fruits. Selon la Cour des comptes, le coût total des niches s'est stabilisé en 2012, à 70,9 milliards d'euros.

Depuis cinq ans, les gouvernements, de droite comme de gauche, ont lutté contre les niches fiscales. Les réductions d'impôt offertes ont été rabotées et l'avantage qu'un contribuable peut retirer de leur utilisation plafonné plus durement chaque année. Le plafond global des niches est désormais fixé à 10.000 euros. Cette politique commence à payer, comme le montrent le rapport sur la gestion de l'État en 2012 de la Cour des comptes et des documents publiés par Bercy récemment, les «rapports annuels de performance».

La Cour estime que le coût total des niches s'est stabilisé en 2012, à 70,9 milliards d'euros. Or tendanciellement, la facture des dérogations augmente de 3,5 milliards chaque année: le nombre de bénéficiaires s'accroît et ils dépensent davantage. Deux exemples dans les documents de Bercy le montrent: le coût du crédit d'impôt pour l'emploi de personnel à domicile est passé de 1,9 à 2 milliards entre 2011 et 2012, celui de la réduction d'impôt pour dons à des œuvres, de 1,1 à 1,2 milliard.

C'est donc grâce aux efforts décidés par les différents gouvernement (rabot, plafonnement) que la facture des niches a cessé de dériver. Une performance qui se voit aussi sur certains dispositifs emblématiques. Ainsi, d'après les documents de Bercy, le crédit d'impôt accordé aux ménages réalisant des travaux en faveur des économies d'énergie dans leur logement a coûté 1,1 milliard en 2012, contre 2 milliards en 2011. Le recadrage (limitation des dépenses éligibles, baisse des réductions d'impôt) a payé. De même, les niches outre-mer, dont les plafonds ont été abaissés, sont dans leur ensemble un peu moins chères: 1 milliard contre 1,1 milliard. Autre avancée, grâce au gel de son barème, la prime pour l'emploi (PPE) a coûté 2,8 milliards en 2012, contre 3,1 milliards en 2011. Le gouvernement a chargé un député de réfléchir à son recoupement avec le RSA-activité. Reste à savoir s'il osera trancher...

La TVA restauration coûte moins cher

En matière de TVA, la création d'un taux à 7 % au 1er janvier 2012, qui s'est le plus souvent substitué à celui à 5,5 %, a porté ses fruits. Grâce à cela, le manque à gagner dû à la TVA réduite dans la restauration a été de 3 milliards en 2012, contre 3,3 milliards en 2011. Et la TVA réduite pour les travaux du logement, qui reste la niche la plus onéreuse, a coûté 5,2 milliards, contre 5,8 milliards en 2011. Le relèvement du taux de 7 % à 10 % en 2014, devrait encore améliorer les choses. Du moins budgétairement. L'impact de telles décisions sur l'activité économique peut, lui, être discuté. Difficile également d'applaudir la fin de l'exonération fiscale des heures supplémentaires, même si cela fait économiser 1,5 milliard à l'État.

D'évidence, toutes les niches ne sont pas à condamner. Le crédit impôt recherche destiné aux entreprises, qui coûte 2,8 milliards, peut être considéré comme un investissement. Comme le martèle la Cour des comptes, l'important est d'évaluer les niches et de supprimer celles qui sont inefficaces. Reste que ce jugement peut être très politique. Il est peu probable, par exemple, que les retraités considèrent comme injustifiées deux niches que le rapport Moreau veut supprimer: l'abattement de 10 % sur les pensions de retraite (coût de 3,1 milliards) et l'exonération de la majoration de retraite pour ceux ayant au moins trois enfants (0,8 milliard).

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.