Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le compteur Gazpar bientôt dans les foyers

Le Figaro21/02/2014 à 07:00

INFO LE FIGARO - Sept entreprises ont été retenues pour fabriquer le nouvel appareil, qui coûtera deux euros par an aux Français.

Étape majeure pour Gazpar, le futur compteur de gaz communicant: GrDF, la filiale de GDF Suez chargée de la distribution, a sélectionné les fabricants qui seront chargés de réaliser et d'assembler l'appareil. Il s'agit d'un projet industriel majeur, car GrDF, qui sera l'architecte du système, a prévu d'installer 11 millions de compteurs entre 2016 et 2022, au rythme de 10.000 appareils par jour. L'investissement atteindra le milliard d'euros pour le distributeur, qui investit environ 700 millions d'euros par an pour entretenir et moderniser son réseau.

«La dimension du projet explique que l'appel d'offres a duré près d'un an, avec la nécessité de s'assurer de la parfaite fiabilité de nos parte­naires, explique Sandra Lagumina, la directrice générale de GrDF. Nous avions souhaité dès le départ que toute la partie intelligente de Gazpar soit implantée en France.»

Un projet «très suivi à l'étranger»

Ce sont ainsi quelque 1000 emplois directs qui devraient être créés dans le cadre de ce chantier, dont l'impulsion a été donnée en 2009 par les pouvoirs publics. En tout, sept sociétés ont été retenues: l'américain Itron, l'allemand Sappel, l'italien Dresser, le roumain AEM, l'anglais Elster ainsi que les deux français Sagemcom et ­Kerlink. Elles se partageront les ­tâches de construction et d'assemblage des compteurs, des concentrateurs et des modulateurs radio.

Il s'agit là des étapes clés de la fabrication de Gazpar. «Le marché que nous attribuons s'élève à 600 millions d'euros, poursuit Sandra Lagumina, il permettra de créer une filière d'excellence française dans un domaine à forte valeur ajoutée.» La dirigeante insiste encore sur la dimension pilote du projet, «très suivi à l'étranger, et qui pourrait ouvrir des pistes pour nos industriels»

Pour les pouvoirs publics, la sélection par GrDF des futurs fabricants de Gazpar représente quasiment l'ultime étape avant de donner le feu vert au déploiement du compteur communicant. Ils souhaitaient s'assurer de l'intérêt industriel pour le pays tout en gardant un niveau d'investissement raisonnable pour GrDF.

Source de contestation

Avec l'aval de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), il a été décidé que le distributeur se rémunérerait pour financer ce projet à hauteur de deux euros par an sur la facture du consommateur, mais le nombre d'années n'a pas encore été fixé. À l'issue des premiers tests, GrDF a pu constater la validité de son nouvel outil. «Grâce à Gazpar, les clients seront facturés sur leur consommation réelle à l'instant "T" et non plus sur la base d'estimations, source de contestation, expose Sandra Lagumina. Par ailleurs, de nombreuses opérations pourront être ­effectuées à distance, à commencer par la relève des compteurs.»

Quant au consommateur, il pourra suivre sa consommation en temps réel et ainsi apprendre à la moduler. GrDF met en exergue l'expérience britannique, qui s'est traduite par une économie de 2 à 3% de la consommation de gaz de 18.000 foyers. Pour la France, la CRE a déjà fait les comptes: Gazpar pourrait permettre d'économiser jusqu'à 850 millions d'euros par an.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.