Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le cidre fait son retour à l'apéritif

Le Figaro 10/12/2013 à 07:00
Concurrencé par les sodas, la bière et les vins effervescents, le cidre cherche à rajeunir son public. Des efforts payants puisque le marché progresse de nouveau en 2013 après plusieurs années de recul.

Après avoir pris un sérieux coup de vieux, le cidre fait son grand retour à table. Et il séduit de plus en plus de jeunes qui optent pour cette boisson à l'heure de l'apéro. Après six années de recul, le marché cidricole - qui pèse environ 400 millions d'euros (dont 60% en grande distribution) - progresse de nouveau cette année à la fois en valeur (+6% sur les dix premiers mois de 2013) et surtout en volumes (+1,5%), selon l'institut Nielsen.

Un regain de santé qui intervient après deux décennies de stagnation puis une érosion progressive des volumes (-2% par an en moyenne). Ce renouveau s'explique d'abord par l'innovation. À l'initiative des deux marques leaders, Écusson et Loïc Raison (Agrial), de nouveaux types de cidres ont fait leur apparition depuis deux ans: rosé, poiré, acidulé... Des petits formats, parmi lesquels des bouteilles de 25 cl et 33 cl, propices à la consommation individuelle, à l'extérieur (pique-nique, barbecues...) ou à l'apéritif, ont également enrichi l'offre. Ce qui a contribué à rajeunir le public consommateur.

De nouveaux types de cidre ont fait leur apparition depuis deux ans. Crédit: Écusson
De nouveaux types de cidre ont fait leur apparition depuis deux ans. Crédit: Écusson Crédits photo : La profession mise aussi sur le faible taux d'alcool du cidre

La filière cidricole a également dopé sa distribution en mettant l'accent sur les magasins de proximité et sur les circuits de vente régionaux, de plus en plus prisés par des consommateurs «locavores». «Les Français sont en quête de naturalité, ce qui les porte vers la production de nos régions, en l'occurrence la Bretagne, la Normandie et les Pays de Loire», commente Jean-Louis Benassi, directeur général de l'interprofession cidricole (Unicid), qui rassemble 10.000 producteurs de pommes et 500 cidriers. Alors que les vins et spiritueux sont la cible de campagnes de santé publique, la profession mise aussi sur le faible taux d'alcool du cidre (de 3 à 5 degrés) et son faible apport calorique (50 calories par verre).

Du coup, le cidre n'hésite plus à faire sa pub. «La profession ne communique plus seulement lors de l'Épiphanie et de la Chandeleur ou en insistant sur l'aspect rafraîchissant du cidre pendant l'été, elle encourage de nouveaux moments de consommation», ajoute Jean-Louis Benassi. En 2014, la pub commencera dès le printemps.

Le cidre, vendu en moyenne deux euros la bouteille de 75 cl, profite peut-être aussi des malheurs de la bière, dont de nombreux consommateurs se sont détournés ces derniers mois en raison de la hausse des prix (+14% depuis janvier) liée à la nouvelle fiscalité. La profession espère consolider ses performances en 2014.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.