Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le champagne affiche des chiffres record en 2011

Le Figaro03/01/2012 à 10:27
Avec une hausse des ventes de 3,5%, l'année 2011 sera la deuxième meilleure année réalisée par les producteurs du célebre vin français. Mais le marché devrait se tasser dans les trois prochaines années.

L'année 2011 aura été pétillante pour les producteurs de champagne! Les professionnels du célèbre vin français ont en effet connu une année quasi historique avec des chiffres de ventes record, en hausse de 3,5% sur un an. La reprise des ventes de champagne s'est amorcée en 2010 avec une hausse de 8,9% après un repli de 5% en 2008 et 9% en 2009. Et elle s'explique avant tout par le dynamisme des exportations.

Sur l'année qui vient de s'achever, près de 330 millions de bouteilles ont été expédiées dans le monde, après 319,5 millions en 2010, selon les estimations du Comité interprofessionnel des vins de champagne (CIVC). Si les chiffres sont confirmés, les ventes pourraient ainsi s'approcher du record de 339 millions atteint en 2007. Et le chiffre d'affaires du secteur a lui aussi augmenté à 4,1 milliards d'euros réalisés l'an dernier grâce notamment à des hausses de prix comprises, en moyenne, entre 3% et 5%. Le précédent record réalisé également en 2007 avec 4,5 milliards d'euros de ventes de champagne dans le monde. «L'année 2011 est une bonne année, qui poursuit le rattrapage entamé en 2010 après deux ans de forte baisse (...) Le champagne va profiter d'une hausse en valeur et en volume», déclare Thibaut Le Mailloux, porte-parole du CIVC, qui rassemble les vignerons, les coopératives et la centaine de «maisons» de champagne regroupant les grandes marques.

Les exportations dopent les ventes

Outre la France, premier marché du champagne avec 55% des ventes en volume, ses adeptes se trouvent aux États-Unis, deuxième marché d'exportation, en Australie, en Italie, en Belgique mais également dans les pays émergents comme la Chine, la Russie ou le Brésil. Les producteurs ont écoulé plus d'un million de bouteilles dans chacun de ces pays et les taux de progression sont très élevés. De l'avis des professionnels, la Chine et la Russie comptent parmi les marchés d'exportation les plus prometteurs pour le champagne. De fait, dans ces pays les ventes sont davantage rentables: la clientèle fortunée visée préfère en effet les grandes cuvées et les champagnes millésimés aux bruts sans année, et les prix s'en trouvent ainsi plus élevés.

Et le constat vaut aussi pour les autres vins et spiritueux. La vente de produits haut de gamme a soutenu le marché des vins et spiritueux à l'exportation qui a enregistré sur les neuf premiers mois de l'année 2011 une croissance de 12%. Fabrice Latour, président de la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS), misait recemment sur un montant total de 10 milliards d'euros de ventes de vins et spiritueux en 2011.

Prudence pour 2012

Mais pour 2012, les professionnels du secteur se montrent plus prudents. Les grands groupes de spiritueux comme Pernod-Ricard, LVMH ou Rémy-Cointreau se montrent en effet inquiets pour le marché européen. De grands clients historiques comme la Belgique ont fortement réduit leur consommation. Concernant le champagne, le marché anglais, habituellement particulièrement dynamique «est devenu extrêmement concurrentiel. Il est devenu très difficile et peu rentable», commente un professionnel du secteur.

Ainsi, les producteurs de champagne anticipent eux une croissance limitée à 2% par an, en volume, au cours des trois prochaines années. «Les Champenois ont d'ores et déjà acté le ralentissement relatif de la croissance», souligne Thibaut Le Mailloux.

LIRE AUSSI:

»Alcools: exportations record pour la France

» Les biens de luxe se vendent toujours très bien

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.