Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le Beaujolais nouveau, "vin mal élevé", coulera dès minuit dans les troquets

RelaxNews19/11/2014 à 10:11

racorn/shutterstock.com

(AFP) - Ce soir à minuit, les premiers tonneaux de la cuvée 2014 du "Beaujolais nouveau", seront percés à Beaujeu (69), capitale du Beaujolais, donnant ainsi le départ de la dégustation dans le monde entier.

Grâce au décalage horaire, les Japonais, plus grands fans du Beaujolais à l'étranger, seront les premiers dans la journée à le goûter à 16h heure française.

L'an dernier, le pays a importé 59.183 hectolitres, soit 7,9 millions de bouteilles, loin devant les États-Unis, 1,8 million de bouteilles, et l'Allemagne, qui complète le podium avec 730.000 bouteilles.

Certains producteurs se mettent d'ailleurs à l'heure japonaise: "On fêtera le Beaujolais nouveau sur Skype avec nos clients japonais", sourit Claire Chasselay, 30 ans, productrice de vin bio à Châtillon d'Azergues, dans le sud du Beaujolais, avec son frère et ses parents.

Pour ces vignerons dont les clients vont du "bouchon" lyonnais aux restaurants étoilés, l'export représente 40% des ventes.

Et le célèbre vin primeur n'y est pas pour rien: "Nos clients japonais nous ont connu grâce au Beaujolais nouveau. Maintenant ils achètent toute notre gamme au long de l'année", explique Claire.

- 'Et la pizza, cette année, quel goût elle a ?' -

Ne demandez pas à l'enthousiaste vigneronne quel goût aura le Beaujolais nouveau cette année: "Et la pizza, cette année, quel goût elle a ?" ironise-t-elle. "Il y a 2.000 vignerons dans le Beaujolais, tous des petites structures, qui font tous un vin différent".

De même pour le goût de banane, symbole d'une époque de production massive du Beaujolais primeur, ou la quantité l'emportait sur la qualité. "C'est un arôme qui peut se trouver naturellement dans le vin", justifie Mélina Condy, de l'inter-beaujolais. "Mais pour le Beaujolais, c'était dû à une levure ajoutée qui avait comme effet secondaire ce goût. Elle n'est plus utilisée aujourd'hui."

Restent le fruit et la légèreté, mais là aussi, tout dépend des goûts du vigneron: "Nous, on fait deux types de primeurs, indique Fabien Chasselay, le jeune frère en charge de la vinification. Le premier est tout en fruit, en souplesse. Il macère 6 à 8 jours en grappes entières (selon la méthode beaujolaise, ndlr). Et le second, qui a plus de volume, de tanin, suit une vinification de type vin de garde: égrappé à 50%, pendant 12 à 15 jours".

Pour cette seconde cuvée, la seule différence avec un vin de garde est la durée de l'élevage en fût. "Le Beaujolais nouveau, c'est un vin mal élevé, tout jeune, fougueux!", décrit le vigneron. "On a la même cuvée qui reste un an en fût: le résultat est très différent en termes de volume, de puissance. Les tanins du bois apportent beaucoup au vin."

- Soirées Beaujolais de Tokyo à New-York -

Le revers de la médaille, c'est qu'il est d'autant plus délicat à réussir: "C'est le plus difficile, mais c'est tellement agréable à faire", s'enthousiasme Fabien. "Si vous décuvez trop tôt ou trop tard, il n'y a pas d'élevage derrière pour corriger. C'est pour ça qu'il a été autant saccagé", soupire le grand gaillard.

N'empêche, bon an mal an, le Beaujolais nouveau s'est fait une place dans l'agenda des bistrots et restaurants du monde entier. Le négociant George Duboeuf, créateur de l'événement "Beaujolais nouveau" en 1967, mais symbole de ses excès, a d'ailleurs choisi New-York pour organiser une soirée de lancement en présence de son fils, Franck Duboeuf.

A Pékin, expatriés et Chinois pourront goûter le millésime 2014 accompagné d'un autre incontournable de la gastronomie française: le fromage. Des bleus ou des "façon camemberts", fabriqués par un jeune fromager chinois qui a appris le métier en France.

Quant aux plus motivés, ils se retrouveront à Beaujeu, pour fêter les Sarmentelles, qui attire chaque année une foule d'amateurs parmi laquelle on retrouve des Japonais, des Américains ou des Européens conquis par le vin léger du Beaujolais.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.