Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La voiture, moyen toujours privilégié pour aller travailler

Le Figaro06/07/2015 à 16:16

INFOGRAPHIE - Selon une étude du groupe d'agences d'intérim Randstad, près des deux tiers des Français vont au bureau avec leur véhicule.

Les bouchons? Qu'importe. Les Français ont beau y passer en moyenne 47 heures chaque année, la voiture reste leur mode de transport privilégié. Selon une étude du groupe d'agences de travail temporaire Randstad ,63% se rendent sur leur lieu de travail avec leur bonne vieille auto. Les Français restent attachés à leur indépendance et privilégient ainsi la souplesse des horaires ainsi que la possibilité de transporter des affaires avec soi.

Malgré les campagnes écologiques incitatives ,les transports en communs restent loin derrière les voitures. 18% seulement des Français les utilisent pour aller travailler, craignant grèves ou autres pannes qui pourraient perturber leurs voyages. Les deux roues, pourtant réputés pour compiler à la fois les avantages de la souplesse des horaires et la possibilité d'éviter les bouchons, arrivent en bas du tableau. Les motos et autres bicyclettes n'attirent que 4% des salariés.

De fortes disparités suivant les régions

Ces statistiques varient largement en fonction des régions et des infrastructures proposées aux habitants. En Île-de-France, par exemple, où les Parisiens perdent chaque année plus de 60 heures dans les embouteillages, les usagers du métro représentent la moitié des salariés. À l'inverse, seul un Picard sur dix utilisent les transports en commun. En Basse-Normandie moins de 3% de salariés prennent les bus et les trams. C'est la région Poitou-Charentes, avec plus de 80% des salariés utilisant leur voiture pour aller travailler qui détient le record national. En cause: un réseau beaucoup moins développé que dans la capitale.

La marche à pied arrive en troisième position. Un Français sur dix iraient travailler à pied. Mais là encore, la moyenne nationale cache de nombreuses disparités. Les régions à dominantes rurales se démarquent du reste, et les Auvergnats ( 15%), les Picards (13%) et les Normands (13%) sont les plus nombreux à aller travailler en marchant.

Le covoiturage en essor, les plus diplômés dans le métro

S'il reste très minoritaire, le covoiturage est en pleine expansion, particulièrement dans le Sud de la France. Le Languedoc-Roussillon fait figure de bon élève avec 5% de personnes déclarant utiliser ce mode de transport collectif. C'est deux fois plus que la moyenne nationale et beaucoup plus encore que les Parisiens, pas encore convaincus par la formule.

Dans son enquête, Randstad note qu'un salarié met en moyenne 26 minutes pour arriver à son bureau, tous transports confondus. C'est trois minutes de plus que ce que révélait la même enquête l'année dernière. Mais là encore, les écarts sont profonds suivant les régions. Alors qu'un salarié de Champagne-Ardenne consacre à peine plus d'un quart d'heure au trajet domicile-travail, les franciliens y passent deux fois plus de temps.

Enfin, cette année encore, le rapport note que les personnes les plus diplômées, sont celles qui utilisent le plus les transports en commun. L'explication est simplement géographique: selon Randstad, «une part importante des cadres exercent leurs fonctions dans de grandes métropoles, et utilisent donc massivement les transports en commun à leur disposition pour se déplacer».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.