Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La tour vide qui coûte des millions de dollars à la Nasa

Le Figaro18/12/2014 à 11:01

Sur une rive du Mississippi, une tour d’acier blanc, érigée depuis cet été, devait aider les États-Unis à marcher une seconde fois sur la Lune. Mais la nouvelle installation de la Nasa reste vide et l’addition est salée.

L’agence spatiale américaine a dépensé près de 280 millions d’euros (soit 349 millions de dollars) pour rien. Dans le comté de Hancock, au bord du Mississippi, la Nasa a édifié une tour en acier blanc. Une tour qu’elle savait inutile avant même la fin du chantier. Aussitôt les travaux finis le 27 juin dernier, le nouveau banc d’essais de moteur de fusée devait tester les prochains équipements à destination de la Lune. «Le temps est venu pour les États-Unis de dépasser l’orbite terrestre une fois de plus»,avait déclaré la Nasa au printemps 2010. Mais l’idée d’une nouvelle marche sur le satellite naturel de la Terre a tourné court.

Le programme lié à cette reconquête spatiale, né sous l’administration Bush, a été annulé fin 2010. Barack Obama avait estimé les coûts et les retards des travaux sur le site historique Stennis, trop onéreux. La Maison Blanche et le Congrès américain ont quand même insisté pour que la Nasa termine cette tour de près de 100 mètres de haut, vouée pourtant à l’abandon.

Un chantier à terminer à tout prix

Deux sénateurs républicains du Mississippi ont forcé la main à l’agence. Juste après que le projet est mis en sommeil, ils ont ordonné l’achèvement des travaux à tout prix. L’élu Roger Wicker s’est justifié sur le site du Sénat américain le 30 septembre 2010. «Cet amendement aide à encourager les envois futurs de cosmonautes, et permet au Mississippi d’être toujours leader dans le programme spatial de notre nation», se félicite le sénateur. Le texte est votée par la chambre haute, puis promulgué par le président des Etats-Unis.

Au même moment, la Nasa avait déjà construit 65 % de la tour, relève Paul Martin, inspecteur général de l’agence, qui dénonce des «pressions politiques» dans un bilan annuel de 2013. Le magazine Businessweek rappelle que les travaux ont mobilisé 5000 ouvriers. Ce qui a fait de la Nasa le plus grand employeur de la région. Des commentateurs anonymes sur le site du Washington Post crient au «clientélisme». D’autres défendent l’agence spatiale: «On ne peut pas accuser la Nasa...mais plutôt, les chefs de la Nasa (Maison Blanche, Congrès) qui n’arrêtent pas de changer d’objectif et ne donne aucune direction» à l’institut.

«Un monument voué à la dérive»

Quatre ans plus tard, la tour est montée et reste vide. L’agence devra dépenser environ 1 million d’euros (entre 700 000 et 1,5 million de dollars) par an en frais d’entretien. Car le banc d’essais renferme des produits chimiques dangereux et délicats à manipuler, dont pas loin de 132.500 litres d’oxygène liquide hautement inflammables. Et «démolir ou exploiter les infrastructures dont la Nasa n’a plus besoin n’est pas sans coût», rappelle Paul Martin en septembre 2013. La Nasa est donc voué à entretenir «un monument voué à la dérive», selon le Washington Post.

Cette installation n’est pas un cas isolé, d’après le quotidien américain. Six autres plateformes inutiles sont encore entretenues aux frais de la Nasa depuis les années 90.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.