Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La taxe foncière explose dans les grandes villes

Le Figaro05/10/2010 à 11:37
Selon l'étude de l'Observatoire des taxes foncières, citée par le Parisien-Aujourd'hui en France, les avis d'imposition des Français propriétaires de leur logement ont subi une inflation de 11% à 65% en cinq ans.

La facture ne cesse de s'alourdir. La taxe foncière, qui touche les Français propriétaires de leur logement (57% de la population), connaît une inflation record depuis quelques années. Selon l'étude de l'Observatoire des taxes foncières de l'Union nationale de la propriété immobilière dévoilée ce mardi par Le Parisien-Aujourd'hui en France, les avis d'imposition, notamment dans les grandes villes, ont bondi entre 2004 et 2009. Marseille ou Saint-Denis en banlieue parisienne, ont ainsi respectivement connu des augmentations de 45 % et 32%. A Paris, la facture a explosé de plus de 65%. La capitale demeure néanmoins l'une des villes les moins chères: la taxe foncière n'y est que de 500 euros en moyenne en 2010 alors qu'elle atteint 978 euros à Amiens, 923 euros à Bordeaux, ou encore 911 euros au Havre.

Nouvelles charges et mauvaise gestion

Pour l'Etat, cette inflation est due aux collectivités locales qui font payer aux contribuables la mauvaise gestion de leur budget. Dans les villes, les départements et les régions, c'est l'Etat qui est mis en cause, son désengagement les obligeant à assumer de nouvelles charges (transports régionaux, aides aux personnes âgées...). François Baroin, ministre du Budget, vient d'ailleurs d'annoncer un gel des crédits pendant trois ans. D'après un spécialiste des finances publiques interrogé par le quotidien, «la vérité est sans doute entre les deux». Il explique que la crise a fait exploser les dépenses en même temps que les recettes fiscales chutaient. Il rappelle aussi que des erreurs de gestion ont bien été commises et que certaines communes ont eu recours à des emprunts «toxiques» .
Enfin, certaines collectivités auraient anticipé la disparition de la taxe professionnelle, source importante de revenus.

Des inégalités entre les villes

Tout juste 450 euros à Villeurbanne, ville où la taxe foncière est la moins élevée de France, 457 euros à Lille, 500 euros à Paris... mais 911 euros au Havre, et 973 euros à Amiens. Une récente étude de l'Observatoire des finances locales, rattaché au ministère de l'Economie et des Finances, montre que tous les propriétaires ne sont pas logés à la même enseigne. Ces disparités s'expliquent par l'absence de remise à jour des bases de valeurs locatives, qui fixent la valeur locative théorique d'un bien et servent à calculer le montant de la taxe foncière Elles sont restées figées depuis 1970 !
Ceci explique que dans une même ville le propriétaire d'un appartement vieillissant construit dans les années 70 paie davantage que celui d'un logement dans l'ancien mais rénové récemment.
Ces bases doivent être réactualisées pour quelque 44 millions de logements en France. Pour l'heure, le gouvernement a choisi de commencer par la remise à jour des bases locatives des locaux commerciaux. L'opération devrait être achevée en 2014. Il s'attaquera ensuite aux habitations.

LIRE AUSSI:

» Baroin/collectivités: gel des dotations

» Des HLM empoisonnés par les produits financiers toxiques

» Impôts locaux : facture élevée en 2010

» Impôts locaux : injustes et mal répartis

» Les ménages très inégaux devant la taxe d'habitation

» Bouclier fiscal : ce qui change

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.