Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La réforme des retraites débarque à l'Assemblée

Le Figaro06/10/2013 à 21:21
Le projet de loi, qui débarque ce lundi à l'Assemblée, augmente la durée de cotisation et multiplie les dérogations. Le pays reste à la traîne en matière d'âge de départ à la retraite.

Baptême du feu pour la réforme des retraites. Le projet de loi du gouvernement est examiné à partir de ce lundi par l'Assemblée nationale. D'ores et déjà, il est acquis que les députés ne seront pas autorisés à toucher aux mesures phares du texte: hausse dès 2014 des cotisations retraite salarié et employeur - cette dernière étant compensée par une baisse de la cotisation famille -, gel des pensions pendant six mois, allongement de la durée de cotisation après 2020 et prise en compte de la pénibilité...

La ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, a prévenu qu'elle veillera à ce que l'équilibre du texte, qui doit engranger 7 milliards de ressources nouvelles par an en 2020, sur un besoin de financement de plus de 20 milliards, soit respecté. Tout juste acceptera-t-elle des modifications à la marge, qui n'alourdiront pas la facture à court terme.

Malgré cette première réforme réalisée par un exécutif socialiste, la France restera une exception européenne en matière de retraites. Un particularisme hexagonal symbolisé par un âge légal de départ fixé à 62 ans, quand nombre de nos voisins ont déjà repoussé cette borne en prévision du vieillissement de la population. «Dans l'ensemble, les pays développés s'avancent vers un âge de la retraite de 67 ans», observe Monika Queissler, experte des retraites à l'OCDE. Dernières en date, la Grèce et l'Espagne, poussées par la crise économique historique qu'elles traversent, se sont alignées sur ce nouveau standard.

Six ans de plus à laretraite

La France, elle, a fait le choix inverse en refusant de reculer - comme en 2010 sous Nicolas Sarkozy - tant la borne des 62 ans pour prétendre à une retraite à taux plein que celle de 67 ans pour pouvoir bénéficier d'une retraite sans décote. «La borne de 62 ans définit la norme auprès du grand public et détermine la façon dont les gens se projettent, analyse Monika Queissler. Rien que le passage de 60 à 62 ans en France, lors de la réforme Woerth de 2010, a contribué à changer les mentalités.»

Conséquence, les Français partent en moyenne plus tôt à la retraite que dans les autres pays développés: à 58,7 ans pour les hommes et à 59,5 ans pour les femmes, contre respectivement 63,5 et 62,3 ans dans les pays de l'OCDE. Ils passent aussi six ans de plus à la retraite (28 ans pour les femmes et 24 pour les hommes).

Toutefois, discrètement et à un rythme bien plus lent que la plupart des autres États, la France repousse bien l'âge réel (effectif) de départ à la retraite. Le gouvernement ne le dit pas à Paris, pour ne pas braquer l'opinion de gauche et donner l'illusion de respecter les engagements de campagne du candidat Hollande, mais l'affiche à Bruxelles. Si la nouvelle réforme ne touche pas à la borne des 62 ans, «l'âge effectif de départ à la retraite (...) devrait mécaniquement augmenter avec l'allongement de la durée de cotisation» de 41,5 à 43 ans d'ici à 2035, argumente l'exécutif dans la «Stratégie économique de la France», document envoyé à la Commission européenne en début de semaine dernière. Résultat, «à terme, un assuré qui débute sa carrière à 23 ans (c'est la moyenne en France) ne pourra partir à la retraite à taux plein qu'à partir de 66 ans», chiffre même le rapport.

«Nous faisons de la durée de cotisation la variable principale de notre système de retraite, conceptualise pour sa part Marisol Touraine. Elle sera modulée en fonction des parcours professionnels ou de la formation initiale.» En d'autres mots, le gouvernement Ayrault allonge d'une main la durée de cotisation pour le salarié lambda, mais il crée de l'autre de nouvelles exceptions pour permettre à certains de partir plus tôt. Les salariés qui ont connu des conditions de travail pénibles pourront ainsi partir à la retraite dès 59 ans. À terme, près de la moitié des salariés pourront ainsi prétendre, en fonction des différents dispositifs dérogatoires existants, partir avant l'âge légal affiché. Là encore, une vraie différence avec les pays étrangers...


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.