Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La politique immobilière de la Ville attaquée au Conseil de Paris

Le Figaro22/04/2013 à 21:53
INFOGRAPHIE - Un bilan de la politique du logement a été présenté lundi, alors qu'un sondage révèle que 70% des Parisiens sont insatisfaits par les mesures prises.

C'est la préoccupation principale des Parisiens. Et ce sera, comme l'a rappelée Anne Hidalgo, la première adjointe au maire, «la bataille des batailles» lors des prochaines élections municipales. La politique du logement de la Ville était en tout cas au cœur des débats du Conseil de Paris lundi. Les élus devaient se prononcer sur un bilan de l'action municipale en la matière. Ouvrant la séance, Bertrand Delanoë s'est livré à un exercice d'auto-satisfecit, évoquant une «production volontariste de logements sociaux», puisqu'au total, 70.000 auront été financés durant les deux mandatures. «En construisant, en réhabilitant, en conventionnant, nous avons maintenu à Paris une population que la seule loi du marché en aurait inexorablement chassée dans les années 2000, comme elle l'avait déjà fait dans les années 1980 et 1990.» Une action qui ne semble pourtant pas satisfaire les Parisiens. Le jour même, un sondage BVA pour le gratuit 20 Minutes pointait à l'inverse leur grogne à ce sujet. 70 % d'entre eux se déclarant «pas vraiment, voire pas du tout satisfaits».

Ils ne sont pas les seuls à être mécontents. À droite, Jean-François Legaret (UMP) a dénoncé le manque de dynamisme de la politique immobilière de la Ville. «Les dépenses foncières d'investissement en logements et en équipements publics atteignent 1,7 milliard d'euros. Alors que le chiffre des recettes foncières est de 1,3 milliard. Si on fait le solde, la totalité des dépenses a été intégralement compensée par les recettes. Cela signifie, Monsieur le maire, que votre politique du logement ne vous a pas coûté un seul euro et que vous n'avez pas investi dans le logement des Parisiens.»

À droite comme au Parti communiste, on reproche surtout au maire d'embellir son bilan en incluant dans les 6000 logements sociaux que la Ville finance chaque année des habitations déjà existantes, dont une partie bénéficie déjà à des foyers modestes. «Ces conventionnements représentent un tiers des 6000 logements sociaux», estiment les élus PC, qui avaient pourtant fait adopter un vœu, il y a un an et demi, dans lequel la Ville s'engageait à ne pas intégrer ces logements dans le décompte.

Car c'est autant d'appartements qui ne sont pas construits, alors que les demandeurs de logements sociaux ne cessent d'augmenter. Ils sont passés de 100.000 en 2001 à 135.000 aujourd'hui. Et la semaine dernière, Anne Hidalgo avait affirmé que 70 % des Parisiens étaient éligibles au logement social. «Vous entretenez l'espoir que vous arriverez à les loger: c'est la grande escroquerie delanoïste», a fustigé Jérôme Dubus (UMP), expliquant: «Plus vous conventionnez, plus il y a de demandeurs de logements sociaux.»

Cette pratique aurait aussi une autre conséquence «perverse» selon Jean-François Legaret: celle de transformer la politique actuelle du logement en «système d'éviction au détriment des classes moyennes». Citant une étude de l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur), Jérôme Dubus a précisé: «La part des locataires présents lors d'un conventionnement représente 60 % des occupants des opérations récentes et seulement 45 % des occupants des opérations les plus anciennes.» Le maire a répliqué que «13.000 familles ont pu conserver leurs logements grâce à notre opposition déterminée aux opérations brutales de vente à la découpe, et 19.000 ménages ont pu accéder à la propriété grâce à la refondation et à l'extension du prêt logement.»


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.