Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La «politique de peuplement» se heurte au manque de moyens financiers

Le Figaro06/03/2015 à 20:24

Evoqué comme un plan ambitieux destiné à modifier la mixité dans les métropoles, les mesures sur le logement présentées ce vendredi par Manuel Valls se limitent à des pistes décevantes et dépourvues de financements.

Beaucoup de bruit pour rien. Jeudi après-midi, Matignon avait fait passer le message que le volet logement du comité interministériel intitulé «égalité, citoyenneté» serait très musclé. L'entourage de Manuel Valls parlait même d'un plan «pour modifier la mixité dans les métropoles». En clair, faire cohabiter riches et pauvres dans les mêmes quartiers au lieu d'avoir des banlieues réservées aux bobos et d'autres pour les populations défavorisées. «Arrêtons de rajouter de la pauvreté à la pauvreté», a déclaré Manuel Valls.

Mais les mesures annoncées par le premier ministre vendredi ne sont pas à la hauteur de ses ambitions. Ainsi, les préfets seront incités à préempter des terrains pour construire des HLM dans les 216 villes qui ne construisent pas assez de logements sociaux. Qui ne respectent pas le quota de 25 % de HLM. Mais cette disposition existe dans la loi SRU (solidarité et renouvellement urbains), votée fin 2000. Et elle n'a jamais été mise en application. Même si l'ex-ministre Thierry Repentin sera chargé de suivre la mise en place de cette mesure, on peut se demander si cette annonce sera suivie d'effets.

Pas d'objectifs chiffrés

Autre réforme: les HLM démolies dans les villes pauvres seront reconstruites ailleurs pour incarner la «politique de peuplement» chère à Manuel Valls. Mais, là encore, la promesse est à prendre avec des pincettes car aucun objectif chiffré n'est fixé. Concernant l'attribution des logements sociaux, l'exécutif compte mettre en place un système plus juste et plus lisible. Désormais, les dossiers des candidats feront l'objet d'un classement par points. Pas une annonce car la ministre du Logement, Sylvia Pinel, avait vendu la mèche le 23 février dans une interview à Ouest-France.

Sur le fond, cette nouvelle règle est bienvenue mais le gouvernement aurait pu la mettre en place bien plus tôt. Alors ministre du Logement, Cécile Duflot y avait pensé en 2013 quand elle préparait la loi Alur. Elle avait reculé face à la bronca des élus qui préféraient conserver un système opaque garantissant leur influence sur l'attribution des HLM. Quant aux loyers dans les HLM, le gouvernement s'engage à ne plus les fixer en fonction du financement d'origine de l'immeuble mais des revenus des locataires. «Cette possibilité permettra de minorer le loyer d'un logement dans une zone favorisée pour l'attribuer à un ménage à faibles ressources», explique-t-on au gouvernement. Là encore, l'absence d'objectifs chiffrés fait craindre que les bailleurs sociaux appliquent cette consigne avec un zèle variable. Dans ce catalogue de mesures, l'une obéit aux objectifs de Manuel Valls: les populations qui ont droit à un logement aux termes du Dalo (droit au logement opposable) ne seront plus logées dans les quartiers prioritaires où il y a déjà beaucoup de pauvreté.

Si ce plan laisse un peu sur sa faim, c'est qu'il y a très peu de moyens débloqués pour construire plus de HLM. Or le premier ministre a beau dire que «tout ne se réglera pas à coup de millions supplémentaires», sans investissements il aura du mal à en finir avec l'«apartheid territorial, social, ethnique» qu'il a lui-même pointé du doigt.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.