Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La lutte contre le gaspillage alimentaire inspire les start-up

Le Figaro13/04/2015 à 10:06

Commercialisation de légumes jugés invendables, «doggy bags» dans les restaurants ou dons d'invendus aux associations, les entreprises n'ont pas attendu l'issue des débats politiques pour se lancer sur le créneau antigaspillage.

Après plusieurs mois de débat, le Sénat a autorisé vendredi les supermarchés à distribuer leurs invendus alimentaires. Cette mesure, destinée à éviter le gaspillage, devra toutefois être votée par les députés pour pouvoir entrer en vigueur. Sans attendre l'issue des débats politiques, une jeune start-up belge, Foodwe (pour Food Waste Evasion), a décidé de se lancer sur le marché du don alimentaire en France. Concrètement, cette plateforme Internet permet à des producteurs et distributeurs de publier une annonce pour proposer leurs produits jugés invendables - que ce soit à cause de leur aspect ou parce qu'ils approchent de la date limite - mais propres à la consommation. Les associations intéressées répondent à l'annonce et vont récupérer les dons sur place.

Créée en Belgique en septembre 2014, l'initiative a été lancée simultanément en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni le 9 avril. Sur le site Foodwe.fr, «les professionnels de l'alimentation pourront, à côté des dons, proposer la vente à tarif réduit (au maximum à 60% du prix de vente grand public) d'aliments consommables mais ne rencontrant pas ou plus la demande», explique la société dans un communiqué. «La règle est simple: ne plus jeter et mieux valoriser ces produits alimentaires», revendique Foodwee, qui s'est fixé l'objectif de «réduire le gaspillage alimentaire européen de 1 million de tonnes». Sachant que le gaspillage alimentaire pèse 89 millions de tonnes par an dans l'Union européenne ...

La start-up affirme avoir offert, via sa plateforme en Belgique, plus de 18 tonnes de nourriture à des associations «en quelques mois» et ce, en ayant réussi à convaincre quelque 150 partenaires. «Foodwe propose ses services gratuitement et ne demande une commission de 3% que sur les ventes», détaille-t-elle. Après une première levée de fonds de plus de 1500 euros via la plateforme de financement participatif KissKissBankBank l'an dernier, la jeune entreprise tente de collecter 15.000 euros de plus afin de soutenir son développement européen.

Un rapport au gouvernement le 15 avril

«En France, chaque personne jette en moyenne entre 20 et 30 kilos de nourriture par an, soit une perte de 400 euros pour une famille de quatre personnes», expliquait récemment au Figaro Guillaume Garot, le député PS qui doit rendre un rapport sur la question à Emmanuel Macron le 15 avril. La chasse antigaspi a donc du potentiel. Parmi les entrepreneurs qui ont misé sur ce créneau, la PME française TakeAway propose des boîtes cartonnées permettant aux clients des restaurants d'emporter ce qui reste dans leur assiette. Elle vient de signer un accord avec l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) et ses quelque 40.000 restaurants et 10.000 hôtels affiliés pour déployer son concept de «doggy bag».

Lancé fin 2014, le service JustoClic met en relation les magasins qui proposent leurs surplus à prix cassés et les clients intéressés par ces bons plans. Toujours pour éviter de jeter, des étudiants de l'école de gastronomie Ferrandi viennent d'ouvrir un «food truck» qui propose des petits plats confectionnés à partir d'aliments considérés comme invendables dans la grande distribution. Après Intermarché et sa campagne pour réhabiliter les légumes moches, le collectif des Gueules Cassées vient de créer sa marque de produits à l'aspect défecteux et a réussi à l'imposer dans les rayons des supermarchés. D'autres idées, enfin, sont plus insolites. A l'instar de cette application gratuite pour mobiles «LeftoverSwap», lancée en août 2013, qui permet à ses utilisateurs de donner leurs restes, par exemple de pizza à la suite d'une sortie au restaurant, voire de les échanger contre les restes de parfaits inconnus ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.