Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La « Google Tax » franchit une étape

Le Figaro10/11/2016 à 19:03

Contre l'avis de Michel Sapin, la commission des finances de l'Assemblée a adopté jeudi l'amendement socialiste instaurant une taxe «sur les profits détournés», pour lutter contre l'optimisation fiscale des multinationales.

Dans le cadre de l'examen du projet de budget 2017, la commission des finances de l'Assemblée a adopté jeudi l'amendement du député socialiste Yann Galut instaurant une «Google tax» contre l'optimisation fiscale des multinationales. Ils ont ainsi bravé l'avis négatif du ministre des Finances, Michel Sapin, sur le sujet. «Ce n'est pas une bonne solution», avait-il estimé lors d'une conférence de presse mercredi.

L'amendement du député du Cher crée un «nouvel impôt sur les profits détournés». Concrètement, cela consiste en un taux d'impôt sur les sociétés majoré de 5 points (soit 38,33 %). Il frapperait les multinationales rattrapées par le fisc pour «prix de transfert abusifs». Cette technique comptable consiste à faire remonter l'essentiel des profits d'une filiale française vers sa maison mère, installée dans un pays à la fiscalité plus favorable. Cet impôt sur les profits détournés serait aussi appliqué aux multinationales dont la présence en France serait requalifiée en «établissement stable». La définition de ce concept, qui entraîne l'imposition en France d'une société, serait par ailleurs élargie.

«Un acte politique fort»

Yann Galut a convaincu ses collègues de la commission des finances en présentant son amendement comme «un acte politique fort» pour «réintégrer les profits détournés dans l'assiette de l'impôt». Il s'est toutefois engagé à le retravailler d'ici à l'examen du texte en séance, la semaine prochaine. Et ce, afin de répondre à certaines interrogations. Dominique Lefebvre (PS) a en effet indiqué que le groupe socialiste «partageait les objectifs» de l'amendement, mais s'est montré fort dubitatif sur sa «portée exacte».

Par ailleurs, les députés de la commission des finances ont finalement adopté l'extension de cinq à huit ans du dispositif fiscal en faveur des impatriés. La rapporteure PS de la commission, Valérie Rabault, a pourtant soutenu l'amendement de suppression de l'élu de droite Jean-Christophe Fromantin. Le sujet provoque des dissensions à gauche, comme à droite…

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.