Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La générosité des Français ne faiblit pas

Le Figaro16/06/2011 à 17:07
Une étude réalisée par le syndicat France Générosités affirme que le montant global des dons a crû de 7% en 2010 après une augmentation de 5,5% en 2009.

Malgré l'environnement économique morose, les Français ont continué à se montrer généreux en 2010. C'est ce que révèle une étude réalisée par France Générosités, - syndicat chargé de défendre les intérêts des associations caritatives - publié ce jeudi dans le quotidien La Croix. D'après l'étude, le montant total des dons a progressé de 7% en 2010, et ceci après une augmentation de déjà 5,5% en 2009. En outre, les dons se sont faits plus réguliers, ce qui permet aux fondations d'établir plus facilement leur budget sur le long terme. Le choix du prélèvement automatique dans un quart des cas assure notamment cette stabilité. Le syndicat note aussi une forte hausse des versements par internet, mode de paiement qui a le plus progressé en un an (+56%).

Influence de la conjoncture

Selon le Secours Catholiques, la hausse des dons s'explique en partie par l'accumulation de catastrophes naturelles qui ont jalonné l'année 2010. Les dons adressés aux sinistrés du tremblement de terre en Haïti,de la tempêteXynthia, et des inondations au Pakistan ont atteint à eux seuls 16 millions d'euros, sur les 82 millions versés à l'association. Le sondage de France Générosités montre également que la conjoncture influence la décision des Français au moment de choisir une association. Depuis 2008, et la crise économique, les fondations en faveur de la recherche médicale et de la protection de l'enfance perdent du terrain au profit de celle dédiées à l'exclusion et à la pauvreté.

Crainte de l'érosion

Malgré ces deux années d'augmentations assez fortes, les associations restent pourtant sceptiques sur le montant des dons à venir. Si les versements des donateurs les plus aisés compensent aujourd'hui la baisse des foyers plus sensibles aux aléas économiques, la réforme de la fiscalité du patrimoine entreprise par le gouvernement risque de les décourager. Selon l'étude, 17% des donateurs choisissent le montant qu'ils attribuent aux associations en fonction de la déduction fiscale qu'ils peuvent ensuite appliquer. Pour Chris Oliver du Centre d'étude et de recherche sur la philantropie interrogé par La Croix, le changement de barème de l'ISF pourrait avoir un effet négatif. D'autant plus que le cercle des donateurs ne s'élargit plus et stagne à 5 millions de foyers.

Pour pallier la réduction des dons, plusieurs pistes sont explorées, notamment autour du «micro don», comme l'opération pièces jaunes. Plusieurs banques françaises ont aussi développé un système de cartes bancaires caritatives dont l'utilisateur choisit de reverser une cotisation à des associations à chaque paiement. Le système de l' «arrondi solidaire» qui permet aux personnes de renoncer aux centimes de leur fiche de paie, facture d'électricité ou relevé bancaire est aussi étudié.

LIRE AUSSI :

» Haïti/dons par SMS: 140.000€ collectés

»Haïti : les donateurs privés plus généreux que les Etats

» Pakistan : les dons affluent dans les ONG musulmanes françaises

»Les mesures d'allègement de l'ISF adoptées

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.