Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La gauche veut alourdir les droits de succession

Le Figaro24/07/2012 à 20:42
La majorité veut « privilégier le mérite plutôt que l'héritage »... et solder l'héritage Sarkozy. La droite l'accuse d'« empêcher de transmettre le fruit des efforts de toute une vie ».

C'est un nouveau symbole des années Sarkozy sur ­lequel la gauche veut faire une croix. L'ancien chef de l'État avait allégé les impôts sur les donations et les héritages? Le signe, pour la nouvelle majorité, qu'il fallait les alourdir.

Les sénateurs doivent examiner le sujet ce mercredi, dans le cadre du budget rectificatif 2012. Ils iront probablement au-delà de ce que le gouvernement avait prévu. La version initiale du texte, votée par l'Assemblée nationale, prévoit en effet d'alourdir les droits de succession en ligne directe: les députés ont abaissé de 159.000 à 100.000 euros par enfant l'abattement (c'est-à-dire la partie d'un héritage ou d'une donation que chaque parent peut transmettre en échappant aux droits de mutation à payer à l'État). Et désormais, il faudra attendre quinze ans, et non plus dix, pour bénéficier de nouveau de l'abattement.

S'ils confirment leur position adoptée en commission des finances, les sénateurs élargiront ce type de mesure aux donations et héritages en faveur des frères et sœurs et en faveur des neveux et nièces.

La droite reproche au gouvernement et à sa majorité «d'empêcher ainsi les Français de transmettre le fruit des efforts de toute une vie», le député Hervé Mariton accusant carrément la gauche de «ne pas aimer la famille». «La loi travail, emploi, pouvoir d'achat (Tepa) avait abouti à ne plus taxer qu'une infime minorité de successions», répond-on au PS. «Nous voulons privilégier le mérite plutôt que l'héritage», a justifié le député socialiste Pierre-Alain Muet devant ses collègues. Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a précisé que «90 % des successions» resteraient exonérées.

Engagement de campagne

Pour le gouvernement, la mesure n'est que la traduction de l'engagement de campagne de François Hollande: faire participer davantage les plus aisés à l'effort financier pour redresser les comptes de la France. Il en veut pour preuve deux chiffres. D'une part, la moitié des Français ont un patrimoine ne dépassant pas 113.500 euros et sont donc très en dessous des plafonds pour les successions par enfant. De l'autre, 10 % des Français les plus riches détiennent 50 % du patrimoine national.

Tout le débat est en réalité de savoir où s'arrête la classe moyenne... En privé, une source gouvernementale reconnaît que le durcissement des droits de succession «la pénalisera aussi». «On connaît plus ou moins tous autour de nous quelqu'un - loin d'être riche! - qui sera touché», admet un proche du pouvoir.

LIRE AUSSI:

» Les députés adoptent le budget rectificatif 2012 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.