Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La France ne construit pas assez de logements

Le Figaro08/01/2014 à 22:30
INFOGRAPHIE - Cécile Duflot estime à 330.000 le nombre de logements neufs construits en 2013. Un chiffre très insuffisant.

Construire 500.000 logements par an, c'était une des promesses de François Hollande. On en est loin. Cécile Duflot estime qu'un peu plus de 330.000 logements neufs ont été construits en 2013 (les chiffres définitifs seront connus fin janvier). Au ministère du Logement, on considère que «ce n'est certes pas un chiffre satisfaisant, mais pas catastrophique non plus, la moyenne des vingt dernières années, c'est 346.000 logements construits par an». Du côté des promoteurs, on est plus pessimiste. «Nous redoutons une très mauvaise année 2014», explique François Payelle, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers.

Cet objectif de 500.000 logements neufs par an paraît hors de portée cette année encore. Et c'est bien dommage, non seulement pour les Français qui peinent à se loger, mais aussi pour l'économie tout entière. L'enjeu est aussi de créer des emplois. «2013 se solde sur une perte de 25.000 postes», rappelle la Fédération française du bâtiment.

Cécile Duflot et son équipe sont persuadées que tout est question de temps et que leurs choix sont les bons. «Il faut deux à trois ans pour qu'une politique porte ses fruits en matière de logement. Aujourd'hui, on solde la politique d'à coups des précédents gouvernements», explique-t-on au ministère. Pour encourager la construction, des ordonnances ont bien été prises en octobre, limitant notamment les recours abusifs contre les permis de construire. François Hollande les a évoqués mercredi à Toulouse. «C'est une mesure positive mais cela mettra du temps à porter ses fruits», observe François Payelle. Les professionnels espèrent qu'une fois voteé la loi Alur (en deuxième lecture au Parlement la semaine prochaine) réussira à faciliter la construction. Ils planchent aussi avec le ministère sur un allégement des normes de construction. La nécessité de construire tous les logements d'un programme comme s'ils devaient pouvoir être habités par des handicapés doit être notamment reconsidérée. D'autres mesures, comme revoir le nombre de places de parking à prévoir par logement, permettraient de «faire de réelles économies», assure la FPI.

Le principe de réalité

Certaines des mesures techniques sont donc positives, mais ce ne sont que des mesures techniques. La confiance, l'élan manquent. Cette année, seuls 30.000 investisseurs ont acheté des logements neufs dans le cadre de la loi Duflot. C'est peu, le gouvernement tablait sur 40.000 ventes. Dans l'ancien aussi, les investisseurs se font rares. L'encadrement des loyers qui va se généraliser et la crainte de se retrouver dans des rapports propriétaires-locataires trop déséquilibrés font peur. En 2013, seule la construction de logements sociaux a fait preuve d'une certaine dynamique. «Elle a représenté plus de 110.000 logements», se réjouit le ministère. Mais pour atteindre le Graal des 500.000 logements ou même des 400.000, il faudra bien que les acteurs privés prennent le relais. Il faudrait leur donner envie, ne pas les contraindre, s'en méfier mais s'en faire des alliés...


43 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M362321
    11 janvier11:29

    Petit rappel de la promesse de campagne de Hollande : 1 million de logement. Je cherche, je les vois pas les chantiers... enfin si, mais pas les bons chantiers...

    Signaler un abus

  • rgrenec1
    09 janvier21:45

    serieusmenent... c'est une decouverte ?

    Signaler un abus

  • fbordach
    09 janvier20:09

    Grace à qui? Le choc de défiance sûrement...

    Signaler un abus

  • lhonderm
    09 janvier19:48

    Le flop !

    Signaler un abus

  • lhonderm
    09 janvier19:47

    hihihi ! Les prix de l'immo vont monter. Bonne nouvelle pour les proprios :-)

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.