Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La France, championne d'Europe du marché parallèle de cigarettes

Le Figaro 08/06/2016 à 12:18

INFOGRAPHIES - Environ 9 milliards de cigarettes fumées l'an dernier provenaient de la contrebande, selon une étude KPMG. Le manque à gagner pour l'État dépasse les 2 milliards d'euros.

C'est un record européen dont la France se serait bien passée. Elle décroche la première place du classement des pays d'Europe (Norvège et Suisse comprises) où le marché parallèle du tabac est le plus florissant. C'est ce qu'indique une étude KPMG sur le marché illégal des cigarettes en Europe, réalisée chaque année à la demande des géants du secteur (British American Tobacco, Imperial Tobacco, JT International et Philip Morris International). D'après ce rapport, sur les quelque 61,5 milliards de cigarettes fumées en France en 2015, 16,68 milliards étaient soit issues de la contrefaçon et de la contrebande, soit de «ventes non domestiques légales» (achat aux frontières, duty-free…).

La contrebande et la contrefaçon, caractérisées par les achats à la sauvette dans la rue ou sur Internet, ont représenté à elles seules 9,01 milliards de cigarettes, soit 14,6% de la consommation totale. C'est le plus haut niveau de consommation illicite d'Europe, devant celui de la Pologne, du Royaume-Uni et de l'Italie.

Au total, le marché parallèle du tabac représente 27,1% de la consommation totale en France, contre 26,3% en 2014. La part de cigarettes achetées en dehors du circuit classique des buralistes est, en fait, en progression constante depuis 2009.

Cette hausse est directement liée aux augmentations progressives des prix du tabac dans l'Hexagone, affirme KPMG. Il y a sept ans, le paquet valait en moyenne 5,35 euros contre 7 euros aujourd'hui, ce qui en fait le plus cher d'Europe (à l'exception du Royaume-Uni où le paquet vaut plus de 10 euros). Les fumeurs se ruent donc en Espagne, en Belgique, au Luxembourg ou dans les boutiques duty-free où les prix sont moins élevés. Ils font aussi parfois le choix de la contrebande avec comme principaux fournisseurs l'Algérie (qui fournit 31% des cigarettes de contrebande), le Sénégal et la Roumanie.

Les contrebandiers ne semblent pas redouter les nouvelles sanctions encourues. Depuis 2014, les importations de cigarettes depuis un pays européen sont limitées à 4 cartouches (1 cartouche depuis un pays hors UE). Au-delà, les douaniers peuvent infliger une amende comprise entre 700 et 2500 euros.

L'État, qui a récolté 14 milliards d'euros de la vente de tabac en 2015, est fortement touché par le phénomène. Les cigarettes achetées sur le marché parallèle échappent en effet à la fiscalité alors que la France est l'un des pays au monde où les taxes sur le tabac sont les plus élevées. «Si le volume de cigarettes issu de la contrebande et de la contrefaçon avait été consommé de manière légale, des taxes supplémentaires de 2,3 milliards d'euros auraient été levées en France», indique l'étude.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.