Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La façade du Taj Mahal menacée par les fumées des verreries voisines

Le Figaro03/07/2017 à 06:00

EN IMAGES - La fabrication de bracelet en verre est une industrie traditionnelle en Inde. Mais dans la région de Firozabad, les fumées émises par les fours de verriers menacent la blancheur du célèbre Taj Mahal. Cette activité pourrait bientôt être interdite dans ce secteur.

Hanuman Prasad Garg ne blâme pas la hausse des prix de l'énergie ou les imitations bon marché pour la mort à petit feu de la pluriséculaire industrie du verre indienne. Il blâme le Taj Mahal. Depuis des siècles, les artisans de Firozabad (nord de l'Inde) produisent des bracelets de verre, accessoires indispensables de l'attirail traditionnel de la femme indienne.

» Lire aussi - Hollande à Chandigarh, la ville indienne rêvée par Le Corbusier

Mais leur voisinage avec le Taj Mahal, plus célèbre monument du pays avec son dôme et ses minarets, au bord de la rivière Yamuna à Agra, à 35 kilomètres de là, a obligé les autorités à prendre des mesures antipollution qui ont perturbé leur modèle économique. «À cause du Taj Mahal, toute l'industrie souffre», déclare Hanuman Prasad Garg, président de l'association de l'industrie du verre de Firozabad.

À la fin du siècle dernier, la Cour suprême indienne a ordonné aux verriers de cesser d'utiliser du charbon et de passer au gaz - plus coûteux -, les fumées émises par leurs fournaises venant jaunir ce joyau de marbre blanc de l'architecture moghole, aux façades décorées d'une calligraphie raffinée. Vingt ans plus tard, pourtant, la pollution ternit toujours le Taj Mahal, un mausolée du XVIIe siècle construit par l'empereur Shah Jahan à la mémoire de son épouse et inscrit par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité.

Un salaire de 4 euros par jour

Penché sur une table de son petit atelier, Zafar Ahmad sculpte avec habileté un délicat petit oiseau d'une boule de verre en fusion. «Je fabrique des objets en verre depuis que j'ai dix ans. C'est la seule chose que je connaisse. Toute ma famille est impliquée dans ce travail», raconte-t-il en travaillant le matériau à la flamme d'un chalumeau. De nombreuses manufactures de bracelets et objets en verre ont déjà fermé ou réduit la voilure avec la hausse du prix du gaz naturel ces dernières années, mettant des générations d'artisans sur la paille.

«C'est difficile de survivre», confie Zafar. «Je n'ai pas les moyens de mettre mes quatre enfants dans des écoles décentes. Je ne peux imaginer ce qui leur arrivera si je me retrouve au chômage». Les verriers ne gagnent que 300 roupies par jour (environ 4 euros) en dépit des conditions de travail extrêmes et du danger qu'il y a à manipuler de la silice fondue. Ils subissent en outre la concurrence de bracelets en plastique ou en métal, moins chers et moins laborieux à produire.

Limiter la pollution aux abords du Taj Mahal

En 2015, une étude de chercheurs américains et indiens soulignait les fumées engendrées par les feux de charbon, bouses et déchets dans la ville d'Agra et ses alentours. Des mesures drastiques ont été prises pour limiter la pollution aux abords du Taj Mahal. Les voitures ont été interdites à proximité immédiate du monument. Plusieurs industries tournant au charbon ont dû fermer ou relocaliser leurs activités.

Mais le célèbre mausolée de marbre continue de jaunir. Pour tenter de lui redonner sa blancheur originelle, les autorités archéologiques appliquent pendant quelque temps de la boue sur le monument afin d'absorber les impuretés. Plusieurs façades et minarets ont déjà été traités avec cette méthode. Le dôme devrait suivre sous peu, au plus grand dam des touristes amateurs de selfies.

À Firozabad toutefois, les artisans sentent que leurs jours sont comptés. Un tribunal spécialisé dans la protection de l'environnement a demandé l'étude des polluants présents dans les fumées émises par leurs cheminées. En fonction des conclusions, les autorités pourraient ordonner le déménagement des artisans verriers. Pour soutenir leur commerce, le gouvernement essaye d'éduquer les verriers à l'économie moderne, en leur apprenant à vendre leurs biens en ligne ou à tenir des stands dans des foires d'artisanat.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.