Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La difficile lutte contre le blanchiment

Le Figaro07/03/2012 à 00:20
De plus en plus de dossiers sont signalés à la cellule dédiée de Bercy.

Les banquiers, les assureurs mais aussi les notaires, les experts comptables, les avocats, les agents immobiliers... De nombreuses professions ont l'obligation de signaler à Tracfin, la cellule antiblanchiment de Bercy, les opérations qu'elles jugent douteuses. À charge pour les experts de Tracfin d'analyser ces données avant de les transmettre, si nécessaire, à la Justice ou à d'autres organismes comme le fisc, les douanes ou les autorités de contrôle professionnelles.

Année après année, la collecte est de plus en plus conséquente. En 2011, Tracfin a reçu 24.090 informations, émanant de professionnels et, marginalement, d'administrations françaises et d'homologues étrangers. C'est 19% de plus qu'en 2010. «Les professionnels sont davantage sensibilisés à lutte antiblanchiment», se réjouit Jean-Baptiste Carpentier, le directeur de Tracfin. Après examen des données, Tracfin a transmis en 2011 à la Justice 495 dossiers, représentant un enjeu de 370 millions d'euros. Tracfin est intervenu par exemple dans l'affaire de «la Madoff de Touraine». En outre, 569 dossiers ont été transmis à d'autres organismes.

Mais est-ce suffisant? Dans son dernier rapport annuel, la Cour des comptes note que certaines professions, comme les avocats, les commissaires-priseurs et même les mutuelles, font peu de signalements. Surtout, rapporté aux 220 milliards d'euros générés par l'économie souterraine en France - une estimation citée par la Cour -, la pêche de Tracfin semble modeste. «Personne ne peut chiffrer la fraude. Et par définition les délinquants ont un temps d'avance», explique Jean-Baptiste Carpentier. Une menace est ainsi apparue récemment, celle des cartes prépayées. Le trafiquant achète en cash une carte de paiement qui lui permet ensuite de retirer des espèces sans être détecté, la carte étant anonyme.

Personnes âgées abusées

Par ailleurs, Tracfin n'agit pas que dans les grandes affaires de blanchiment. Ses experts traitent aussi un nombre croissant de dossiers d'abus de faiblesse envers les personnes âgées. Des abus commis par leur entourage, et signalés par un notaire lors de l'achat d'un bien immobilier, ou par une banque qui voit des virements suspects. «Les fraudeurs peuvent aussi être des entreprises. Comme les "bitumeurs irlandais" qui surfacturaient le bitumage d'allées dans les jardins de personnes âgées», raconte Jean-Baptiste Carpentier. L'imagination des fraudeurs est sans limite.

LIRE AUSSI:

» Vaste coup de filet dans le milieu corse

» Une escroquerie à la «Madoff» fait 200 victimes en Bretagne

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.