1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La dette des entreprises françaises a dépassé les 4 000 milliards d'euros en 2018, un record
Boursorama avec Newsgene14/03/2019 à 13:14

La dette des entreprises françaises a dépassé les 4 000 milliards d'euros en 2018, un record

L'endettement brut des entreprises françaises a dépassé les 4 000 milliards d'euros l'an passé, soit 175 % du PIB selon les chiffres dévoilés par S&P Global Ratings. Un record que l'on doit à des conditions de financement favorables et à des acquisitions majeures opérées par les sociétés françaises.

L'endettement des entreprises françaises continue de progresser et cette tendance est unique en Europe. Mi-2018, la dette brute totale des sociétés du pays dépassait 4 000 milliards d'euros, selon les chiffres dévoilés par S&P Global Ratings et relayés par Les Echos. Elle représente ainsi 175 % du produit intérieur brut contre 135 % il y a 10 ans.  

Des conditions de financement avantageuses

Cette augmentation de la dette a plusieurs explications. D'une part, les conditions d'emprunt sont très avantageuses. « Le taux d'intérêt moyen des prêts accordés aux sociétés non financières s'est élevé à 1,56 % en 2018, son plus bas historique », expliquent les analystes de la société de notation financière.

D'autre part, certaines entreprises françaises ont réalisé des opérations financières majeures. C'est le cas d'Air Liquide, qui a doublé sa dette en 2017 en mettant la main sur son concurrent américain Airgas. L'endettement de Sanofi s'est établi à 25 milliards d'euros en 2018 après avoir réalisé 13 milliards d'euros d'acquisition, note Les Echos.

La dette des multinationales et des sociétés publiques en forte hausse

Les multinationales et les sociétés publiques ont joué un rôle central dans l'augmentation de la dette, explique S&P. EDF a ainsi vu passer sa dette de 28 milliards en 2007 à 63 milliards d'euros en 2017. Même tendance chez SNCF Réseau avec une dette qui a bondi de 28 milliards à plus de 55 milliards. Celle de Renault est passée de 30 à 50 milliards d'euros sur la même période. Le groupe LVMH a lui doublé sa dette, qui s'est établie à 12 milliards d'euros en 2017.

Les experts de S&P ne s'inquiètent pourtant pas pour l'avenir des entreprises françaises et estiment que les défauts de paiement devraient rester limités. Leur endettement sert souvent à alimenter leurs filiales à l'étranger où les conditions de financement sont moins bonnes. En retirant ces prêts de circonstance, l'endettement des sociétés françaises chute à 90 % du PIB en 2017, soit 45 points de moins.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer