1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La désindexation des retraites complémentaires se précise
Le Figaro07/02/2013 à 11:46

Des syndicats se font à l'idée de limiter durant cinq ans la hausse des pensions afin de sauver les régimes des cadres (Agirc) et des salariés (Arrco). Le patronat accepte en échange de relever les cotisations.

Un pas d'un côté, un pas de l'autre. Sur le dossier des complémentaires retraites, des syndicats et le patronat ont rapproché leurs positions lors d'une nouvelle séance de négociations mercredi. Cela reste toutefois insuffisant pour trouver un terrain d'accord. Le temps presse: les deux régimes Agirc (pour les cadres) et Arrco (pour les salariés) rognent sur leurs réserves, qu'ils auront épuisé d'ici cinq à sept ans.

Dans ces conditions, la CFDT, FO, la CFTC et la CGC semblent se faire à l'idée, proposée par le patronat, que les pensions ne suivent plus l'inflation pendantquelques années. Il leur est ainsi proposé une sous-indexation des retraites complémentaires d'un point par rapport à l'inflation, durant cinq ans (avec une limite: si l'inflation était inférieure à 1%, les pensions resteraient stables mais ne baisseraient pas). La position patronale de départ était d'aller jusqu'à 1,5 point en-dessous de l'infaltion. En outre, un point de la situation à mi-parcours, en 2015, serait dresser pour desserrer l'étau si les finances des régimes s'amélioraient. La CFDT veut toutefois que les plus basses retraites soient exemptées de cette cure de rigueur. «Nous sommes d'accord pour des mesures temporaires, mais il faut protéger les plus faibles», argumente Jean-Louis Malys, «M. retraite» de la CFDT.

Cet effort ne doit pas aller sans contrepartie du côté des employeurs, plaident les représentants des salariés. Les cinq organisations syndicales présentes à la table des négociations se sont mises d'accord sur un point - et un seul -: il faut augmenter les cotisations. «Retraités et salariés ne doivent pas porter tout l'effort de redressement des régimes complémentaires», plaide Eric Aubin, négociateur pour la CGT.

Le patronat a fait un pas dans la direction des syndicats, acceptant le principe de cotiser plus. «Nous proposons une hausse progressive et conditionnée du taux d'appel de 125% à 130%», a expliqué Jean-François Pilliard, négociateur pour le patronat. Cette mesure technique signifie qu'employeurs et salariés cotiseraient plus, sans que cela ne crée de droits supplémentaires à la retraite. Un point de taux d'appel supplémentaire rapporte 500 millions d'euros, qui servirait donc exclusivement à redresser les finances de l'Agirc et de l'Arrco.

«La négociation a pris un tournant capital», a commenté Jean-François Pilliard, en rappelant que «les délais sont contraints: nous devons les clore à la mi-mars». Sinon, une revalorisation automatique des pensions surviendra au 1er avril avec un surcoût de 1,2 milliards d'euros pour le système, qui ne peut plus le supporter sans sombrer.

26 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • gl060670
    09 février16:18

    Ne payer que les années cotisées réellement et suprimer la retraite a taux plein à 62 ans, la on fera des economies quand tout le monde fera 42 années . je suis pas sur que les fonctionnaires qui commencent leur carriere souvent à 18 ans soient les plus mal lotis

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer