Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

La dépendance pourrait être financée par les retraites et les successions

Le Figaro 07/06/2011 à 19:37
Le conseil économique social et environnemental recherche de nouvelles pistes pour financer ce risque qui a coûté 24 milliards d'euros à l'Etat en 2010.

Après les trois scenarii potentiels avancés par le groupe de travail de Bertrand Fragonard, président du Haut conseil de la Famille, c'est au tour du Conseil économique social et environnemental (CESE) de faire connaitre ses propositions pour financer la dépendance des personnes âgées. Les deux rapporteurs du texte ont fait parvenir le premier jet à l'ensemble des membres du CESE. L'avis définitif ne doit être examiné et voté que les 14 et 15 juin prochain, avant d'être transmis au gouvernement qui l'a sollicité pour préparer sa réforme cet été.

Dans son texte, le CESE insiste sur l'enjeu «sociétal» de la dépendance. Trouver des solutions «c'est mettre en oeuvre (...) des solidarité nouvelles, soutenables pour les familles comme pour les finances publiques dans le temps», explique l'avis qui souligne que le financement de la perte d'autonomie doit donc être assuré de manière prépondérante par la solidarité nationale. D'après les chiffres cités par le CESE, les dépenses liées à la dépendance ont atteint l'an dernier, 33 milliards d'euros, dont 24 milliards à la charge de la collectivité. Les projections démographiques font par ailleurs état d'une augmentation de 25% des personnes âgées de plus de 75 ans d'ici 2025.

1% sur les successions et les donations

Pour assurer le surplus de dépenses, le CESE préconise l'instauration d'une taxe de 1% sur les successions et donations hors transmissions d'entreprises et outil professionnel. «Cette taxe serait appliquée à tous les produits qui ne sont pas taxés aujourd'hui», précise Monique Weber,(CFE-CGC), co-rapporteur du projet d'avis. Les successions entre conjoints mariés ou pacsés seraient alors concernées, tout comme celles concernant certains biens immobiliers (situés notamment en Corse et qui bénéficient d'exonérations), les oeuvres d'arts, ou encore les donations et les héritages faits au profit d'associations.

L'avis envisage également «l'alignement du taux plein de la CSG sur les pensions de retraite (6,6 %) sur celui des actifs (7,5 %)». Cette option, envisagée notamment par le Medef, et la commission Fragonard, n'a pas les faveurs du gouvernement mais pourrait selon le CESE rapporter 1,7 milliard d'euro. L'avis laisse cependant le débat ouvert et suggère que ce relèvement de la CSG ne pourrait être appliqué «qu'au-delà d'un certain seuil de revenus». D'autres pistes de réflexion comme l'instauration d'une deuxième journée de solidarité, une augmentation d'un demi point de la cotisation d'assurance vieillesse, un prélèvement sur les patrimoines les plus élevés ou encore l'introduction d'une TVA sociale, ont en revanche été écartées.

Le texte souligne aussi que devant la part grandissante prise par les contrats d'assurances privés, plusieurs précautions doivent être remplies afin d'éviter l'alourdissement du coût de la perte d'autonomie dans les foyers, notamment les plus modestes. Le CESE envisage ainsi la création «d'un label public accordé aux contrats respectant un cahier des charges», et d'instaurer des subventions publiques pour aider les ménages à souscrire ces garanties.

Enfin, au-delà des préconisations financières, le projet d'avis comporte un grand nombre de recommandations pratiques pour le maintien à domicile des personnes âgées ou encore le soutien aux aidants (membres de la famille s'occupant de la personne dépendante), selon Monique Weber. Des pistes qu'explorent aussi le commission de Bertrand Fragonard.

LIRE AUSSI :

» Dépendance: trois pistes pour prendre en charge son coût

» Dépendance : coût important d'ici à 30 ans

» Dépendance : l'OCDE satisfaite de la France

» Les 20 propositions du Medef concernant la dépendance

» Dépendance: 4 groupes de travail

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.