Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Cour des comptes préconise une hausse de la TVA dans la restauration

Le Figaro06/10/2010 à 19:51
Jugeant le dispositif coûteux et peu efficace, le Conseil des prélèvements obligatoires préconise un relèvement de la TVA de 5 à 12%. Les heures supplémentaires devraient par ailleurs être soumises à l'impôt sur le revenu.

Les ménages ne sont pas les seuls «nicheurs» patentés. Comme le démontre un rapport publié par le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO), un organisme lié à la Cour des comptes, les entreprises profitent largement des niches fiscales et sociales. Avec parfois de purs effets d'aubaine, à l'instar de cette société de BTP qui utilise une pièce sans téléphone, mais située en zone franche urbaine, comme siège social.

Surtout, le CPO évalue la facture des niches fiscales dédiées aux entreprises à 106,3 milliards d'euros en 2010, très loin des 35 milliards annoncés par Bercy. Le CPO réintègre des avantages fiscaux que le ministère a sorti de la liste des niches (ou a omis d'y inscrire). Une pratique récurrente ces dernière années. Bercy a ainsi « déclassé » le régime d'intégration fiscale (coûtant 19,5 milliards par an) ou l'exonération des plus-values de cessions de filiale, dite «niche Copé» (6 milliards). Quant aux niches sociales, qui concernent les exonérations et autres réductions de cotisations et prélèvements sociaux, elles ont coûté, selon le rapport, 66 milliards en 2010.

Et chaque année, c'est l'inflation. Depuis 2002, une douzaine de niches sont créés tous les ans, souvent sans évaluation préalable de leur intérêt, déplore le CPO. Pire, ce système complexe désavantage les petites entreprises qui, contrairement aux grandes, n'ont pas les moyens de s'y repérer.

Outre une amélioration des règles des finances publiques (extinction automatique des niches tous les quatre ans, sauf à être revotées, nouvelles niches gagées par la suppression d'anciennes...), le CPO propose des 15 à 29 milliards d'euros d'économies. «Ces propositions ne constituent pas un menu fixe où il faudrait tout prendre. C'est simplement une carte, où les choix peuvent s'opérer», a précisé Didier Migaud, le premier président de la Cour, lors de la présentation du rapport devant la commission des finances de l'Assemblée.

Le CPO suggère de revoir deux mesures phares du quinquennat: la TVA réduite dans la restauration, qu'il faudrait passer de 5 % à 12 %, et les heures supplémentaires, à soumettre à l'impôt sur les revenus. De quoi rapporter respectivement 4,6 milliards et 1,2 milliard. En outre, les investissements dans des PME ne donneraient plus lieu à une réduction d'ISF représentant 75% de la somme investie, mais 25 %.

«Bénéfice mondial» : 302 millions pour 5 groupes

Sans remettre en cause l'utilité du crédit impôt-recherche (CIR), le CPO propose des aménagements générant des centaines de millions d'économies. Plutôt bienveillant à l'égard des allégements généraux de charges sociales, qui ont créé de l'emploi, le rapport critique en revanche le coût des avantages fiscaux et sociaux liés à la participation, à l'intéressement, à l'épargne salariale (25 milliards) et à la protection sociale complémentaire (12 milliards). En outre, le CPO propose de davantage soumettre à cotisation les indemnités de rupture du contrat de travail, dont les indemnités de licenciement. Sur tous ces points, de nombreux parlementaires sont sur la même longueur d'onde.

Enfin, le CPO propose de rendre moins avantageux les régimes fiscaux utilisés par les groupes, du type «régime mère-fille» et «intégration fiscale», et de supprimer le régime de «bénéfice mondial consolidé», utilisé par cinq groupes et coûtant 302 millions à l'État. Et le CPO d'ajouter qu'un plafonnement de la déductibilité des intérêts d'emprunts à 30 % du résultat comptable, comme le fait l'Allemagne, rapporterait 11,4 milliards sur trois ans. Comme quoi, le rapprochement des fiscalités françaises et allemandes ne serait pas forcément une bonne affaire pour les entreprises hexagonales !


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.