Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La construction de maisons individuelles recule

Le Figaro30/10/2012 à 20:04
Les mises en chantier de logements neufs sont au plus bas depuis 1998.

Décidément, la construction est en panne en France. «Avec 66.900 logements commencés entre juillet et septembre, on touche un niveau historiquement bas, souligne Michel Mouillart, professeur à l'université Paris Ouest, spécialiste du secteur. Jamais un trimestre n'avait été aussi faible depuis 1998. Cela nous fait revenir quinze ans en arrière.» Le phénomène touche de plein fouet la maison individuelle, le rêve d'une majorité de Français. Cette année, 126.000 maisons seront vendues contre 143.000 l'année dernière et 160.000 en 2010.

Une chute souvent passée sous silence car les constructeurs de maisons individuelles n'ont pas une notoriété très forte. Qui connaît le leader du marché, Maison France Confort, ou un de ses challengers, Maison Pierre? Il n'y a guère que Maison Phénix, une des marques de Geoxia, à être identifié par les Français. Avec cela, l'émiettement du marché (3000 constructeurs de maisons) ne favorise pas une prise de parole claire. En plus, les chantiers de ces maisons sont moins spectaculaires que la construction de bâtiments avec 50 ou 60 appartements.

N'empêche, cette chute de 18 % des ventes en rythme annuel est très inquiétante car, en France, on construit traditionnellement plus de maisons que d'appartements en accession à la propriété ou de HLM. Le gouvernement ne peut pas l'ignorer s'il caresse toujours l'idée de construire 500.000 logements par an alors qu'en 2012 on ne dépassera pas 320.000 unités. Autre élément, la maison individuelle, dont le coût d'achat moyen est faible (autour de 180.000 euros avec le terrain), cible des populations modestes. Du coup, employés et ouvriers peuvent plus difficilement acheter leur logement.

Les raisons de cette chute sont connues. «Les banquiers ont réduit l'accès au crédit, explique Christian Louis-Victor, président de l'Union des maisons françaises. Au lieu de prêter sur vingt-cinq ans, ils sont passés à vingt ans maximum. Ils demandent un apport de 20 % contre 5 % avant et n'acceptent plus que les mensualités d'emprunt dépassent le tiers des revenus du néopropriétaire.» Avec cela, depuis 2011, les coups de pouce publics aux accédants à la propriété ont été revus à la baisse: PTZ+ sans différé d'amortissement, Pass foncier supprimé.

«La disparition du Crédit immobilier de France va peser sur notre activité car les banques qui reprendront son activité ne pourront pas accorder des prêts aussi favorables à nos clients», affirme Patrick Leleu, président de Geoxia. Pour compliquer la situation, l'introduction en janvier 2013 d'une nouvelle norme (RT 2012) qui oblige à consommer moins d'énergie renchérit actuellement le prix des maisons. «Le surcoût est de 8 à 15 % suivant les régions, assure Patrick Vandromme, PDG de Maison France Confort. Pour le compenser nous réduisons la taille des maisons. Nous faisons des 5 pièces à 95 m2 contre 100 m2 jusqu'alors.»

40.000 pertes d'emploi

Des expédients qui n'empêchent pas les ventes de se dégrader. Avec des conséquences sur l'emploi. Cette année, Maison France Confort aura vendu entre 5800 et 6000 maisons contre 6750 l'année dernière. «Du coup, nous passerons à 1500 salariés contre 1600 en ne remplaçant pas les départs et en faisant des ruptures conventionnelles», affirme Patrick Vandromme. De façon plus globale, les ventes en berne de maisons vont déboucher mécaniquement sur des pertes massives d'emplois. «25.000 maisons à construire en moins se traduira par 40.000 pertes d'emploi, estime Christian Louis-Victor. Nous enregistrons des dépôts de bilan en Bretagne dans les Pays de Loire.»

LIRE AUSSI:

» Chute spectaculaire des crédits immobiliers

» Investissement locatif, les villes les plus rentables

» Est-ce le moment d'acheter un logement occupé?


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.