Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La consommation mondiale de vin repart après 4 ans de recul

Le Figaro22/03/2012 à 20:43
Les ventes ont augmenté de 0,7 % l'an dernier. La Chine et les États-Unis soutiennent le marché.

La consommation mondiale de vin retrouve des couleurs en 2011. Elle augmente de 0,7%, à 241,9 millions d'hectolitres (Mhl). Elle stoppe ainsi un cycle baissier amorcé depuis 2007. «Il semble que le pire est derrière nous. Cela ne veut pas dire pour autant qu'un retour immédiat vers la croissance d'avant-crise soit confirmé, relativise Federico Castellucci, directeur général de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). Outre des facteurs économiques défavorables, le changement dans les habitudes de consommation continue à reporter la reprise dans les principaux pays producteurs, comme ceux de l'UE.» En effet, les consommateurs européens privilégient désormais la qualité à la quantité. Ce sont en revanche les Américains et les Chinois qui soutiennent les ventes.

47,4 litres par habitant en France

Dans le détail, sur le premier marché mondial, c'est-à-dire l'Union européenne, la consommation de vin a reculé de près d'un million d'hectolitres l'an dernier, principalement à cause d'une dégradation de la conjoncture économique dans les pays de cette zone et d'un changement de comportement des clients. La consommation italienne affiche ainsi un recul sensible de l'ordre de 1,6 Mhl (- 6,3%), tout comme l'Espagne et la Grande-Bretagne, mais dans une moindre mesure. L'Allemagne, quant à elle, stagne.

Seule exception dans ce tableau sombre: la consommation française augmente sensiblement (+3,5%), à près de 30 Mhl. Cette hausse s'explique par des achats massifs de vins l'an dernier sur le territoire français par des touristes étrangers. Mais l'OIV ne peut pas les quantifier précisément. Seul indice, la consommation s'élève officiellement en France à 47,4 litres par habitant. Déduction faite des achats touristiques, elle avoisinerait les 40 litres par personne, un niveau proche de celui de l'Italie à 37,4 litres.

Champagne et cognac français appréciés

Pour leur part, les États-Unis, second marché mondial en volume, connaissent une croissance évaluée à 0,9 Mhl (soit près du triple de 2009 et 2010) et approchent 28,5 Mhl. Les Américains apprécient champagne et cognac français. Exemple: pour la maison charentaise Courvoisier, «notre premier marché extérieur reste les États-Unis où nous vendons 48,5 millions de bouteilles de cognac par an, soit près de 30% de nos exportations annuelles», explique son président, Patrice Pinet.

En Chine aussi, les exportations ont progressé grâce à l'engouement croissant d'une population plus aisée pour les produits viti-vinicoles. «Depuis 2001, les exportations des vins et spiritueux français se sont accrues de 3700%, dont les trois quarts concernent le bordeaux et le cognac», explique Nicolas Ozanam, délégué général à la FEVS (Fédérations des exportations de vins et spiritueux).

Résultat, les échanges mondiaux de vins en 2011 ont atteint plus de 103,5 Mhl, soit une hausse de 7,9%.

LIRE AUSSI:


» Les vins et spiritueux battent des records à l'export

» Oenotourisme: un nouveau portail européen

» Climat: la teneur en alcool du vin augmente


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.