Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La Chine boit moins chic, le commerce français trinque

RelaxNews09/09/2014 à 20:31

Kzenon/shutterstock.com

(AFP) - Les effets de la politique "anti bling bling" et anti corruption des autorités chinoises se font durement ressentir pour les vins et spiritueux français, dont les exportations accusent un recul de plus de 7% au 1er semestre.

Alors que l'Empire du milieu s'est hissé en moins de dix ans au 5e rang des meilleurs clients étrangers, ses achats, plutôt dans le haut de gamme, ont brusquement fondu sur les six premiers mois de 2014: -9% en volumes mais près d'un tiers (-28%) en valeur, selon la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS).

"C'est clairement la lutte contre les extravagances décidée début 2013, qui a impacté les produits à plus forte valeur ajoutée comme les grands cognacs et les vins de Bordeaux" a expliqué mardi à l'AFP Pierre Genest, directeur général adjoint de la Fédération.

"La décision chinoise nous pénalise d'autant plus que, soudaine, elle n'a pu être anticipée et qu'elle cible les produits les mieux valorisés" poursuit-il.

Au premier trimestre les exportations de vins et spiritueux ont atteint 4,8 milliards d'euros, en baisse de -7,3% par rapport à 2013. Les spiritueux seuls ont totalisé 1,5 milliard dont le cognac, qui constitue les deux tiers du chiffre d'affaire dans cette catégorie, a reculé de 12% (en valeur).

Les exportations de vins ont baissé plus modérément en volumes (-3,5%) avec 68,2 millions de caisses, mais représentent une perte de 7% en valeur (3,3 milliards. Car si le champagne poursuit sa progression à l'export (+6%) les bordeaux ont encaissé un recul de 28%, en particulier sur le marché chinois.

La Chine est-elle seule responsable, alors que la région Asie progresse en Corée du Sud ou en Malaisie? Dans la pratique, oui, car le Royaume-Uni, second marché à l'export derrière les Etats-Unis est en baisse de 20%. Or ce pays sert notamment de plateforme à la réexportation vers... la Chine, note la FEVS.

- Viser la classe moyenne -

Et malgré des achats dynamiques en Europe du Nord (Norvège +11% et Suède +7%) et même en Italie ou en Espagne (+8 et 4%), aucune autre région du monde ne compense les pertes chinoises qui ont déjà lourdement affecté les comptes des grands groupes de spiritueux tel Rémy Cointreau.

Le marché chinois a connu une croissance exceptionnelle de 168% entre 2009 et 2014, rappelle Pierre Geneste, passé du 20e rang il y a 10 ans au 10e il y a 5 ans. Et 5e aujourd'hui.

"Derrière les consommateurs de cognac et de grands bordeaux on a toute une classe moyenne qui découvre le vin et monte en gamme. Mais encore faut-il que les opérateurs soient en capacité de répondre, avec moins de grands crus mais de la qualité".

Tout l'enjeu des prochaines années, estime-t-il, sera de produire à des prix compétitifs pour résister à la concurrence du Nouveau monde et même des voisins italiens et espagnols.

"Le marché chinois est une gros gâteau qui attire beaucoup de monde! Les vins français bénéficient d'une belle image mais il ne suffit pas d'avoir marqué +France+ si la qualité ou le prix n'y est pas: l'image est importante, parfois nécessaire, mais elle ne suffit pas".

En 2013, les étiquettes françaises ont bien défendu leur place avec 200 millions de caisses écoulées (vins et spiritueux) et plus de 11 milliards d'euros de chiffre d'affaires (aux deux tiers en cognac, champagne et bordeaux), ce qui faisait toujours le meilleur poste d'exportation après Airbus.

Mais faute de récoltes suffisantes les prix ont grimpé: entre 2010 et 2013, la France a vendu 10% de moins en volumes et 30% de plus en valeur.

Deux années de courtes vendanges, en 2012 et 2013 ont conduit à vider les stocks: l'an dernier la France n'a récolté que 42 millions d'hectolitres sur les 280 millions vendangés dans le monde, devancée par l'Italie (44,9 M hl) et l'Espagne (44,7 M hl).

Heureusement les vendanges cette année s'annoncent nettement meilleures avec une prévision de 45,4 M hl, si la météo ne joue pas un ultime mauvais tour.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.