Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'opacité des prix des prothèses auditives épinglée

Le Figaro12/11/2013 à 16:05
INFOGRAPHIE - Deux études consultées dénoncent les marges des audioprothésistes : 80% de la valeur du secteur est créée lors de la phase de distribution. Les professionnels expliquent leurs prix par l'accompagnement des patients.

L'opacité des tarifs pratiqués par les audioprothèses dénoncée. Après la Cour des comptes en septembre dernier, une étude du cabinet d'expertise Financière de la Cité et un contrat d'assurance couvrant un distributeur consulté par Le Parisien-Aujourd'hui en France , pointent les différences entre le coût de production des audioprothèses et le prix à la charge des patients.

Sur un tarif de 1800 euros en moyenne (et jusqu'à 3000 euros pour le haut de gamme) par audioprothèse, la phase de fabrication d'un appareil reviendrait à 450 euros dont 50 euros de matières premières, selon l'étude de Financière de la Cité. Le cabinet précise en outre qu'une très large majorité de ces appareils seraient fabriqués en Asie. Mais ce n'est pas la fabrication qui pèse le plus lourd dans le prix final des audioprothèse mais bien la distribution: selon Financière de la Cité, 80% de la valeur du secteur est créée lors de la phase de distribution et la multiplication par 60 du prix de vente incomberait en grande partie aux audioprothésistes. Ces derniers sont les seuls habilités à commercialiser des prothèses auditives en France - sur prescription d'un ORL.

«Le marché est organisé de façon très fermée», enchérit Maxence Petit, cofondateur de Sonalto, une société qui commercialise depuis 2010 des «assistants d'écoute» à 299 euros, vendus en pharmacie ou en ligne sans prescription d'un ORL ni remboursement de la Sécurité sociale. Le responsable de Sonalto ajoute que son appareil repose sur une technologie similaire à celle des audioprothèses, dont les coûts de production tournent autour de 200 à 250 euros. Des montants confirmés par un ancien audioprothsésiste et désormais consultant qui évalue entre 800 à 1000 euros la marge réalisée par les grandes enseignes d'audioprothésistes pour chaque appareil vendu.

Les prix élevés participent en tout cas au faible taux d'équipement des Français en prothèses auditives, comparativement à nos voisins européens.

infographie marche de l'audition en france infographie malentendants europe Les audioprothésistes militent pour un meilleur remboursement

Mais Luis Godinho, président de l'Unsaf, l'un des principaux syndicats d'audioprothésistes, explique lui la différence entre le coût de production et le prix final des appareils auditifs avant tout par l'accompagnement des patients. «Les audioprothésistes passent de 10 à 15 heures avec leurs patients tout au long de la durée de vie de leur prothèse, de 5 à 7 ans en moyenne». Il ajoute que «la marge nette des audioprothésistes ne dépassait pas 10% en 2011».

De son côté, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) rappelle que les professionnels sont tenus de «distinguer le prix de vente hors taxe de l'appareillage du prix des prestations d'adaptation de cet appareillage». Le cas échéant, les professionnels doivent également informer le patient du montant des remboursements, ajoute la DGCCRF.

En moyenne, la Sécurité sociale rembourse autour de 119 euros par appareil et les mutuelles près de 350 euros. Le président de l'Unsaf fustige le faible taux de remboursement: «Les modalités de remboursement n'ont pas évolué depuis 30 ans», tonne Luis Godinho. Mais le représentant syndical se dit «prêt à négocier avec les pouvoirs publics pour s'accorder sur un prix fixe compris entre 800 et 1500 euros, une base qui faciliterait ensuite la négociation avec les mutuelles». Les prix des audioprothèses à la charge des patients pourraient donc baisser en France.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.