Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'odeur de cigarette peut nuire à l'immobilier

Le Figaro19/04/2013 à 11:22
Une étude menée au Canada montre que certains acheteurs se montrent réticents à acquérir un bien immobilier appartenant ou ayant appartenu à des fumeurs.

La cigarette peut aussi avoir des effets néfastes sur l'immobilier, selon une enquête menée auprès d'un panel de 400 agents immobiliers canadiens, rapportée par le site lavieimmo.com. Un peu plus de la motié (51 %) des professionnels qui ont été interrogés concluent ainsi que «le fait de fumer dans une maison peut affecter la valeur de revente de cette dernière». Parmi eux, un tiers estime «que cette valeur peut baisser de 10 à 19 %». Ainsi, selon l'étude, pour un prix moyen d'une maison au Québec qui s'éleve à 274.000 dollars (l'équivalent de 210 .000 euros ), le repli pourrait atteindre un peu plus de 52.000 dollars (environ 40.000 euros). De manière plus globale, les agents immobiliers canadiens ayant participé à l'étude sont 74 % à trouver qu'une maison de fumeurs se vend moins facilement. «Au Canada, 15 % des maisons sont habitées par au moins un fumeur régulier», est-il indiqué dans l'étude menée par Léger Marketing pour le groupe pharmaceutique Pfizer.

Pas de baisse des prix constatées en France

Si cette tendance a été observée au Canada, ce phénomène est pour le coup inconnu en France, où aucune étude de la sorte n'a été publiée. Selon Aymeric de Carné, agent immobilier dans le 6ème arrondissement de Paris, l'odeur ou les traces de cigarettes dans un bien immobilier n'est pas une raison suffisante pour que sa valeur en pâtisse. «Je n'ai jamais été confronté à ce genre de situation, aussi bien pour des locations que pour des ventes, et pour des appartements comme pour des maisons» s'étonne-t-il. En France, il n'est effectivement pas commun de proposer des biens immobiliers qui sentent la cigarette. «Lorsqu'il y a des odeurs de cigarette ou autre, c'est que quelques travaux s'imposent» précise Aymeric de Carné.

Même avis pour Marie-Pierre Dromard, gérante d'une entreprise spécialisée dans le home staging: «il n'y a rien de plus dissuasif que les odeurs lorsqu'on visite un appartement ou une maison. Et si rien n'est fait, il paraît logique que le bien immobilier ait davantage de mal à trouver un preneur.»

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.