Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'objectif de Hollande de construire 500.000 logements s'éloigne

Le Figaro27/08/2013 à 23:20
Entre mai et avril, le nombre de permis de construire a reculé de 21,7 % par rapport à l'année dernière.

François Hollande tiendra-t-il son objectif de construire 500.000 logements par an au cours de son quinquennat? En tout cas, cette perspective semble hors de portée cette année.

Le secteur du bâtiment n'a pas franchement redémarré ces derniers mois. Certes, selon les statistiques communiquées par le ministère du Logement mardi, les mises en chantier de logements neufs sont en légère hausse entre mai et juillet (+ 5 % par rapport à 2012, soit presque 85.000 logements). Mais les autres indicateurs n'incitent pas à l'optimisme: les permis de construire - dont l'obtention est obligatoire avant de débuter un chantier - continuent à reculer sur la même période (- 21,7 %, soit 103.000). Et les mises en vente de logements neufs ont aussi chuté entre mai et juillet (- 22 %).

Chute du PTZ +

«Compte tenu de ces éléments, on peut s'attendre à la construction de 325.000 à 330.000 logements neufs cette année», estime Michel Mouillart, un expert du secteur. On est loin des 466.000 unités sorties de terre en 2007 et même des 421.000 bâties il y a deux ans. Une situation préoccupante, car elle participe à la hausse du chômage. «Nous tablons sur 40.000 suppressions d'emplois dans notre secteur cette année», répète-t-on à la Fédération française du bâtiment.

Si la construction a piqué du nez, la crise économique et la montée du chômage en sont responsables ; mais les gouvernements successifs (Fillon puis Ayrault) qui ont réduit la portée du PTZ + (prêt à taux zéro) pour faire des économies ont aussi accentué le phénomène. Car cet outil donnait un sacré coup de pouce aux ménages aux revenus limités pour accéder à la propriété. «À peu près 50.000 PTZ + devraient être accordés cette année contre 100.000 en 2010», affirme Michel Mouillart.

Une série de réformes

Ce recul est d'autant plus dommageable que l'action de la ministre du Logement tarde à porter ses fruits. Pour remplacer le dispositif Scellier réservé aux particuliers investisseurs, Cécile Duflot a mis en place en janvier 2013 un autre mécanisme de défiscalisation qui porte son nom. À son lancement, elle espérait qu'il générerait 40.000 logements neufs cette année. «En fait, il n'y aura pas plus de 25.000 logements réservés avec le dispositif Duflot en 2013», estime Guy Nafilyan, président du promoteur immobilier, Kaufman & Broad.

Par ailleurs, le gouvernement a lancé une série de réformes pour accélérer la construction de logements. Ainsi, la loi sur la cession du foncier public adoptée fin 2012 incitera les administrations et les entreprises publiques à céder à prix préférentiel des terrains pour y construire des logements. Par ailleurs, les acteurs institutionnels (banques, compagnies d'assurances, mutuelles...) bénéficieront d'une TVA à taux réduit (10 %) s'ils financent la construction de logements intermédiaires.

Plus anecdotique, une ordonnance applicable depuis le 17 août vise à en finir avec les recours «mafieux» contre les permis de construire qui empêchent aujourd'hui la construction de 25.000 à 30.000 logements. Mais si certaines de ces réformes peuvent avoir un intérêt, leurs éventuels effets positifs ne sont pas attendus avant 2015.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.