1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'immobilier de luxe ne connaît pas la crise
Le Parisien12/01/2019 à 07:04

L'immobilier de luxe ne connaît pas la crise

Alors que le mouvement des Gilets jaunes témoigne d'un profond malaise social, les chiffres de l'immobilier très haut de gamme montrent que le secteur du luxe, lui, ne connaît pas la crise. « Le marché français du luxe a surperformé en 2018 par rapport à l'immobilier traditionnel, en jouant pleinement son rôle de valeur refuge », résume Laurent Demeure, le président du groupe immobilier Coldwell Banker France & Monaco.Une nouvelle année record. Le volume des ventes réalisées en France en 2018 a bondi de 34,5 % pour atteindre 754 millions d'euros (M€). La propriété moyenne mise en vente chez Coldwell Banker est de 1,28 M€, en progression de 8,9 % par rapport à l'année précédente. Une partie des Français qui s'étaient installés aux États-Unis, en Belgique ou en Suisse après l'élection de François Hollande reviennent, soit pour acquérir un « pied à terre » dans l'Hexagone (d'une valeur de 2 à 4 millions d'euros), soit pour investir de grosses sommes (entre 5 et 30 millions) avec un taux de rentabilité recherché de 4,5 %. Quelques Chinois très fortunés arrivent aussi sur ce marché.Les ventes des biens de plus de 3 M€ sont reparties à la hausse. Exemples : un hôtel particulier dans le XVIe adjugé 7,7 M€ ; un appartement de 380 m² parti à 6,85 M€ ; ou encore un appartement de 400 m² dans une station de ski prestigieuse des Alpes du Nord vendu à plus de 10 M€.Des transactions liées au Brexit. Contrairement aux anticipations initiales prévoyant qu'il y aurait rapidement des transferts d'équipes dirigeantes de Londres à d'autres capitales, le flux d'arrivées sur Paris a été constant mais modéré. Les familles qui ont acheté sur Paris ont principalement jeté leur dévolu sur des appartements de grande taille dans le XVIe et sur la rive gauche, entre 1,8 et 4 millions d'euros. « Ce flux devrait s'intensifier en 2019 », estiment les auteurs de l'étude.Paris en grande ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    14 janvier00:22

    Herve71 ,tu es de ceux qui complètement à côté de la plaque .Parce que tu fais parti de ceux qui sont pour la haine de la Finance et pour la redistribution de la richesse .il faudra pour cela demander en priorité à ceux qui nous gouvernent ...

    Signaler un abus

  • herve71
    12 janvier22:54

    "C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches" (Victor Hugo)

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer