Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'immobilier coté, meilleur placement sur 40 ans

Le Figaro22/06/2016 à 18:40

Les foncières cotées en Bourse arrivent en tête des placements les plus rémunérateurs sur 40 ans. Suivent les actions et l’investissement dans des logements parisiens.

Quel est l’investissement le plus rentable sur 40 ans? L’immobilier coté en Bourse. «Les foncières cotées sont nettement en tête du palmarès des performances (*) quelle que soit la période», explique Charles-Henri de Marignan, analyste à l’Institut de l’Épargne Immobilière et Foncière (IEIF), qui a comparé la rentabilité (taux de rentabilité interne ou TRI) des actifs financiers et de l’immobilier entre 1975 et 2015. Ces sociétés investies dans de l’immobilier de bureaux et commercial ont rapporté en moyenne entre 8,8% et 14,2%. «Leur performance a été fortement dynamisée par la création du statut SIIC (Société d’investissement immobilier cotée) en 2002, qui leur a permis d’adopter une gestion dynamique de leur patrimoine immobilier au travers d’une politique active d’arbitrage et de diversification», explique l’étude. Ces sociétés tirent également parti de la baisse des taux d’intérêt pour investir.

Les foncières devancent les autres actions cotées à la Bourse de Paris (indice SBF 250), qui ont rapporté entre 2,2% et 13,2% en moyenne (par décennie). Ce qui peut surprendre, car habituellement les actions sont considérées comme l’actif le plus rentable. «Au cours des 10 à 15 dernières années, les marchés actions ont vécu plusieurs crises (éclatement de la bulle Internet, crise financière de 2008, 2011...)», justifie Charles-Henri de Marignan.

Les logements à Paris ont été détrônés

L’immobilier parisien est tombé de son piédestal. Certes, il arrive en troisième position des placements les plus rentables sur 40 ans (12,7%). Mais, il ne figure plus dans le trio de tête sur 5 ans (3,6%) et 10 ans (6,9%). «2015 correspond à un point de rupture pour le classement du logement à Paris sur courte et moyenne période, arrivant en 5ème et 10ème position», note l’étude. En cause? «Le tassement récent des prix et la faible hausse des loyers, voire leur baisse en 2015, en raison de l’encadrement des loyers dans la capitale, ont directement impacté les performances sur 5 ans», explique Charles-Henri de Marignan, auteur de l’étude.

Très prisées par les épargnants depuis quelques années, les SCPI (10,6% en 40 ans), ces sociétés investies dans de l’immobilier commercial, de bureau et dans une moindre mesure des logements, arrivent en quatrième position des actifs les plus rémunérateurs en 40 ans. Elles sont suivies par les obligations (6,8%). Toutefois, cette classe d’actifs fait les frais depuis au moins deux ans, de la chute des taux d’intérêt. L’assurance-vie (6,5%), dont les fonds en euros sont très largement investis en obligations vient ensuite. Suivent l’or (5,7% en 40 ans) et le Livret A (5,2%).

(*) Performance calculée à partir du taux de rentabilité interne (ou TRI) sur des périodes de temps relativement longues qui intègrent un prix d’entrée, un prix de sortie. «L’immobilier est un actif de long terme qui supporte des frais et des droits élevés. L’approche la plus appropriée pour mesurer sa performance est donc la séquence des revenus intermédiaires», souligne l’étude.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.