Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'hypertension artérielle chez le chat

Le Figaro08/02/2013 à 13:25
Cette pathologie peut être lourde de conséquences sur la santé de l'animal et doit être diagnostiquée au plus tôt.
Quels sont les symptômes de l'hypertension artérielle?

Dès que la pression artérielle dépasse les normes fixées, on parle d'hypertension artérielle.

Les chats en surpoids sont prédisposés à cette pathologie. D'où l'importance d'éviter l'embonpoint chez l'animal. Cela n'empêche nullement de laisser sa ration en libre-service, car le chat est un petit grignoteur, qui aime faire plus d'une dizaine de repas par jour. Il faut simplement respecter les rations et donner un aliment de qualité.

Les chats âgés sont aussi à risque. Chez eux, l'augmentation de la pression artérielle peut devenir chronique. On parle alors d'hypertension artérielle systémique (HTA).

Longtemps, l'hypertension artérielle a fait partie de ces maladies sous-diagnostiquées chez les chats. Alors qu'elle peut être lourde de conséquences.

Des systèmes de lecture plus pratiques

La médecine vétérinaire faisant régulièrement des progrès, il est aujourd'hui plus facile de contrôler la tension chez un chat. Cela notamment grâce à des appareils avec brassards et méthode doppler, ils ressemblent en fait à ceux utilisés chez l'Homme, mais ont été spécialement conçus pour l'animal et rendent la prise de mesure plus facile.

Des symptômes d'apparition tardive

L'hypertension artérielle chez le chat peut avoir plusieurs origines: certaines maladies cardiaques, dérèglements de la glande thyroïde... Par ailleurs, les troubles rénaux tels que l'insuffisance sont fortement soupçonnés dans le déclenchement de la maladie.

A noter: le stress, différent de chez l'Homme, il ne semble pas compter parmi les facteurs déclencheurs les plus importants chez le chat.

Toutefois, la peur du vétérinaire et de la «blouse blanche» peut tout à fait, lors de l'examen en clinique, avoir une influence sur cette mesure. Plusieurs prises pourront peuvent parfois s'avérer nécessaires afin d'affiner et de certifier le diagnostic.

Les premiers symptômes pouvant alerter le maître ne sont pas évidents, car leur apparition peut être tardive. Un problème de vision, avec parfois hémorragie ou «blanchiment» de l'œil (glaucome) sont les plus probants et doivent vous alerter afin d'éviter toute complication.

Cela doit inciter le propriétaire à réagir rapidement afin d'éviter toute complication. Un décollement de la rétine, autre lésion oculaire secondaire possible à l'hypertension artérielle, doit par exemple être traité le plus vite possible sous peine de devenir irréversible.

Les symptômes peuvent s'accompagner d'une polydipsie (le chat boit beaucoup) et/ou d'une polyurie (il urine très souvent). Le chat peut aussi souffrir de vertiges ou bien éprouver des difficultés à se déplacer correctement.

Diminuer le sel

Le traitement, qui sera pris en charge et remboursé par l'assurance santé animale (mutuelle chat), sera médicamenteux. Le vétérinaire pourra également conseiller la mise en place d'un régime avec une baisse de la teneur en sel des aliments.

Chez le chat à risque ou entrant dans la catégorie des seniors, dès sa dixième année en moyenne, un contrôle régulier est une sage mesure de prévention.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.