Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'État s'attaque à l'hôtellerie en ligne

Le Figaro10/05/2011 à 19:31
Les pratiques frauduleuses des hôteliers sur la toile se multiplient. Le gouvernement a décidé d'apporter son soutien à la plainte déposée par le syndicat de l'hôtellerie à l'encontre du site Expedia.

Informations trompeuses sur les disponibilités, super promotions qui n'en sont pas, utilisation des noms des établissements sans leur accord... les sites du groupe Expedia, Hotels.com et TripAdvisor, sont dans le collimateur du Syndicat national des hôteliers,restaurateurs, cafetiers et traiteurs (Synhocat) depuis plus d'un an. L'organisme qui a assigné les sociétés de l'agence de voyage en ligne basée aux Etats-Unis, vient de recevoir un soutien de poids. Le secrétaire d'Etat au Tourisme Frédéric Lefebvre a en effet annoncé ce mardi à l'AFP que l'État se joignait au procès.

Confusion des genres

La décision du gouvernement intervient après une enquête des service de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). L'intention affichée par Bercy est de «faire cesser» des pratiques, dénoncées par des hôteliers et des consommateurs». Au secrétariat d'État au Tourisme, on précise que dans un souci de «rapidité et d'efficacité», il est plus judicieux de se joindre à une procédure en cours sur les mêmes motifs plutôt que de déposer sa propre assignation.

Le syndicat des hôteliers s'est réjouit de ce soutien étatique. Dans un communiqué, le président du Synhorcat, Didier Chenet a souligné le caractère exceptionnel d'une telle démarche. «Nous apprécions tout particulièrement le soutien du gouvernement en faveur de la moralisation d'Internet, du e-commerce et de pratiques commerciales transparentes et loyales. C'est une étape capitale», affirme le Synhorcat. Lors du dépôt de plainte, l'organisme précisait qu'il n'était pas opposé «à ces sites d'opinion (Tripadvisor) ou de réservation (Expedia et Hotels.com)», mais qu'il s'attaquait seulement, à certaines de leurs pratiques regrettant notamment «la confusion des genres» entre un site d'opinion qui regroupe les commentaires positifs ou négatifs des clients d'hôtels, et Expedia, propriétaire de Tripadvisor et d'Hotels.com, qui permet des réservations de chambre.

Maturation du secteur

Pour Jean-Pierre Nadir, fondateur d'EasyVoyage.com, concurrent d'Expedia, le débat actuel n'est pas nouveau. Selon lui, Frédéric Lefebvre a identifié un véritable problème mais choisit la mauvaise réponse. «Je ne crois pas à une malversation d'Expedia, car lorqu'on agit volontairement de cette manière, on finit toujours par le payer car on n'est plus crédible. Je pense qu'il s'agit davantage d'une mauvaise présentation que d'une action frauduleuse», explique-t-il. Tout est d'après lui une question d'organisation d'un secteur qu'il faut amener à maturité. Plutôt que de mener une action en justice, Jean-Pierre Nadir plaide pour la création d'une commission paritaire réunissant professionnels et juristes et l'élaboration d'une charte de bonne conduite. Étape prioritaire: en finir avec l'anonymat dans les commentaires. «Dans un secteur où la prescription est aussi importante, il est impératif que le consommateur puisse se faire une idée de la personne qui conseille ou déconseille un hôtel. Sur EasyVoyage, nous avons complètement réinitialiser l'espace collaboratif pour que les internautes aient un profil et un historique. Il faut miser sur la qualité et la transparence plutôt que sur la quantité de commentaires», ajoute-t-il.

Reste qu'en attendant une éventuelle convocation des professionnels du tourisme en ligne, comme cela a été le cas pour le e-commerce, la DGCCRF sera au côté du Synhorcat le 6 juillet prochain devant le tribunal de commerce de Paris. Pour permettre aux services de la répression des fraudes de préparer le dossier, l'audience a en effet été repoussé à l'été. Selon le syndicat des hôtelliers, l'issue du procès devrait permettre au «bon sens et au droit» de l'emporter. Il a d'ailleurs déjà relevé un signal positif: Expedia qui souhaite faire coter Tripadvisor.fr en Bourse au troisième trimestre 2011, a déjà apporté quelques modifications à son site à l'approche des audiences.

LIRE AUSSI :

» Tripadvisor et Expedia assignés

» Expedia va introduire TripAdvisor en Bourse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.