Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

L'État peine à vendre à bon prix son patrimoine immobilier

Le Figaro 20/11/2017 à 06:00

INFOGRAPHIE - Depuis 2015, les ventes du patrimoine immobilier rapportent de moins en moins à l'État. Sur ces quatre dernières années, elles pourraient même retomber pour la première fois sous la barre des 500 millions d'euros.

Décidément, le patrimoine immobilier de l'État se vend de moins en moins bien: 574 millions d'euros en 2015, 525 millions en 2016 (-8,5%). Et sans doute moins de 500 millions en 2017. Une mauvaise nouvelle à l'heure où les risques de hausse du déficit en 2018 s'accroissent. Sur les huit premiers mois de cette année, le produit des cessions immobilières n'aurait rapporté à l'État «que» 174 millions d'euros, selon la Lettre A. En 2016 et en 2015, à la même époque, ce montant s'élevait, respectivement à 231 millions et à 499 millions d'euros. À la fin de ces deux années, l'État avait donc dépassé cette barre symbolique des 500 millions grâce à la vente, respectivement, de 900 et de 1040 biens. Contacté par Le Figaro Immobilier, le ministère de l'Action et des comptes publics répond que «le montant des cessions immobilières de l'État sur les trois dernières années est stable, à l'exception d'un écart entre 2014 (450 millions d'euros) et 2015 (574 millions) dû au décalage d'une grosse opération».

» LIRE AUSSI - L'État gère mal son patrimoine immobilier, la preuve en 4 exemples

De son côté, la direction de l'immobilier de l'État (ex-France Domaine), citée par la Lettre A, pointe du doigt «la mauvaise conjoncture économique» et la vente, ces dernières années, des biens les plus liquides à des prix bien trop faibles. On peut ainsi comme exemples l'Hôtel de l'Artillerie (VIIe arrondissement de Paris) vendue à Sciences Po pour 93 millions d'euros. Une opération qui n'avait pas manqué, à l'époque, de susciter les critiques de la Cour des comptes, dans son rapport annuel.

» LIRE AUSSI - L'État, un piètre agent immobilier qui doit apprendre à gérer son patrimoine

Autre exemple: la caserne de la Pépinière (VIIIe arrondissement) cédée pour 118 millions d'euros à la société foncière Eurosic. Cette année, parmi les plus «gros» vendeurs, figurent sur le podium, le ministère de l'Écologie (41 millions d'euros), devant le ministère de l'Intérieur (25 millions) et le ministère des Armées (19 millions).

Certains observateurs reconnaissent qu'un bien sur le marché professionnel «se vend mal dès lors qu'il n'est pas neuf ou entièrement rénové». Mais deux sénateurs, l'un de droite et l'autre de gauche, avancent une autre explication: l'État est un piètre agent immobilier. Dans un rapport publié l'été dernier, ils affirment que les pouvoirs publics méconnaissent la surface de plus d'un quart des bâtiments dont ils sont propriétaires. Le Figaro Immobilier avait sélectionné, à l'époque, quatre exemples typiques de la mauvaise gestion immobilière de l'État, parmi lesquels la vente d'un terrain en Syrie, un consul qui loue un bâtiment que l'administration vient de vendre ou encore une ancienne école d'architecture à l'abandon.

» LIRE AUSSI - Ces biens immobiliers atypiques dont l'État se sépare

Bref, tout porte à croire que l'État aura du mal à vendre à nouveau pour plus de 500 millions d'euros de biens immobiliers, en 2017. Et ce sera vraisemblablement le cas également en 2018. Car, si l'on en croit les prévisions budgétaires inscrites dans le Projet de loi de finances (page 164), l'État n'empochera sans doute «que» 492 millions d'euros.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.