Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'État envisage de privatiser le marché de Rungis

Le Figaro01/10/2014 à 00:00

INFO LE FIGARO - Les pouvoirs publics étudient la possiblité de céder leurs 33 % dans la Semmaris.

Le gouvernement veut-il privatiser le ventre de Paris? L'État va-t-il vendre sa participation (33,34 %) dans la Semmaris qui possède et exploite le marché de Rungis? Selon nos informations, en septembre, les pouvoirs publics ont demandé à cinq banques conseil de plancher sur le sujet. D'évaluer combien vaut cette participation de l'État dans la plus grande halle du monde pour les produits frais qui occupe 232 hectares. D'identifier quels groupes pourraient se porter acquéreur de ces 33 %.

Les pouvoirs publics envisagent de sortir du capital de la Semmaris pour financer des projets prioritaires du gouvernement. Mi-septembre, François Hollande avait été très clair à ce sujet. «L'État, expliquait-il, va utiliser le produit des cessions dont il est actionnaire pour investir un milliard dans la construction de logements intermédiaires.» Dans cet ordre d'idées, la privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac qui pourrait faire rentrer dans les caisses de l'État plus de 150 millions d'euros est en cours. Et la vente par l'État d'un bloc de 20 % dans La Française des jeux qui rapporterait de 300 à 400 millions demeure une hypothèse plausible.

Le désengagement de l'État dans la Semmaris rapporterait beaucoup moins. Car si le marché de Rungis est connu de tous, si plus de 1,5 million de tonnes de produits frais est vendue chaque année dans ce lieu mythique incontournable pour les restaurateurs, ce n'est qu'une PME très rentable, pas un grand groupe. En 2013, la Semmaris a dégagé un résultat net de 13 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 97 millions. Rien à voir avec les ventes de la FDJ qui ont dépassé les 12 milliards d'euros l'année dernière. Fin 2007, l'État qui avait déjà vendu à la foncière Altarea-Cogedim un premier bloc d'actions (près de 33 %) de la Semmaris avait encaissé 45 millions d'euros.

Pas d'unanimité

Une chose est sûre: les candidats potentiels au rachat ne manqueront pas. En 2007, si Altarea l'avait emporté, Unibail-Rodamco et la CDC étaient sur les rangs. Car les possibilités de développement sont immenses sur ce territoire: pour l'instant, les entrepôts sont construits sur un seul niveau. Ajouter des étages supplémentaires ou construire de nouveaux bâtiments rapporterait gros aux actionnaires. D'ailleurs, Altarea n'a jamais caché qu'il souhaiterait se renforcer dans le capital de la Semmaris. Qu'il voudrait élargir l'activité de Rungis en dehors de l'agro-alimentaire.

Mais ce projet de privatisation ne fera pas plaisir à tout le monde. À chaque fois que cette rumeur a circulé, les professionnels des fruits, des légumes et des volailles qui détiennent près de 10 % du marché de Rungis ont protesté. Tout comme le conseil général du Val-de-Marne qui détient plus de 5 %. Ils craignent que la mission de service public ne soit pas assumée convenablement par un opérateur privé. On ne privatise pas facilement un symbole du patrimoine français.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.