Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'État décide d'une triple hausse des tarifs EDF

Le Figaro09/07/2013 à 23:50
INFO LE FIGARO - Les prix réglementés augmenteront de 5 % en 2013, en 2014 et vraisemblablement en 2015.

Drôle d'horaire pour un dossier aussi sensible. Peu avant minuit, lundi soir, le ministère de l'Énergie a indiqué que les prix réglementés de l'électricité augmenteront de 5 % le 1er août. Une hausse qui en annonce une autre: le 1er août 2014, les tarifs d'EDF augmenteront à nouveau de 5 %. En fait, selon le projet d'arrêté qui sera soumis le 16 juillet au Conseil supérieur de l'énergie (qui réunit les pouvoirs publics, les représentants des entreprises énergétiques et des associations de consommateurs), une troisième hausse de 5 % au 1er août 2015 est également prévue, «sous réserve de l'évolution effective des coûts (d'EDF)».À l'arrivée, les tarifs réglementés pourraient donc grimper de 15 % sur deux ans.

Ce bond de 10 % en l'espace d'une année - et sans doute de 15 % sur deux ans - est le plus important depuis dix ans: sur la période 2003-2012, les prix réglementés avaient grimpé de 14,1 % en tout. Les investisseurs ont aussitôt salué cette bonne nouvelle pour EDF: à la Bourse de Paris, le titre de l'électricien s'est envolé de 9,26 %.

Pas de recours au Conseil d'État

Cette forte majoration des tarifs ne constitue pas une surprise: la Commission de régulation de l'énergie (CRE), qui rend un avis sur la décision des pouvoirs publics, avait indiqué qu'une hausse de 9,6 % était nécessaire pour couvrir les coûts d'EDF, comme l'impose d'ailleurs la loi. Une nouvelle fois, le gouvernement s'est donc retrouvé pris entre deux feux: d'un côté, respecter la logique économique induite par les textes, de l'autre, ne pas mécontenter le consommateur par une trop forte augmentation. Qu'il s'agisse du gaz ou de l'électricité, la question tarifaire est toujours un sujet très politique.

À l'arrivée, cette double hausse de 5 % en 2013-2014 correspond à un point d'équilibre. À preuve, elle satisfait la plupart des parties en présence. Dans l'entourage d'EDF, on salue une décision qui donne de la visibilité aux revenus. L'électricien insiste régulièrement sur l'ampleur des investissements nécessaires pour la maintenance de son parc de production et la construction de nouvelles installations.

Du côté des opérateurs alternatifs, les concurrents d'EDF, l'association Anode qui les fédère prend bonne note de «la décision du gouvernement d'entamer le nécessaire rattrapage tarifaire, qui marque une rupture après plus de dix années de politisation néfaste des prix». L'Anode avait prévenu: si les pouvoirs publics avaient opté pour une augmentation trop modique induisant une distorsion de conséquence, l'association risquait fort de porter l'affaire devant le Conseil d'État.

Après la décision de lundi soir, la relative satisfaction d'EDF et de ses rivaux n'est toutefois pas partagée par tout le monde: les associations de consommateurs dénoncent un trop fort impact sur le pouvoir d'achat. Pour l'UFC-Que choisir, cette hausse «répond à la seule ­demande d'EDF». Pour Xavier Caitucoli, le président de Direct Énergie, «l'augmentation des ­tarifs ne doit pas être considérée comme une occasion de se plaindre mais bien comme une opportunité de faire jouer la concurrence». Et de rappeler que son offre Esprit ­libre propose un prix fixe pendant deux ans. La bataille des tarifs de l'énergie n'est pas un vain mot.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.